Je compte les animaux de la ferme

Voici un très bel album à compter, aux illustrations magnifiques, et qui regroupe les animaux par famille (mâle, femelle, petit). Les enfants peuvent ainsi acquérir du vocabulaire. Avec ses additions à réaliser de tête, il est un peu plus poussé que Je compte dans mon arbre, mais tout aussi beau ! Quant à son grand format, il permet d’admirer les illustrations avec plaisir, tout en observant les détails où peuvent se cacher des réponses.
Un très bel album, grand format, pour s’amuser et s’émerveiller 🙂

de Peggy Nille, éditions Actes Sud junior, 2020, ISBN 978-2-330-13369-6, 16 €

Pour faire advenir l’hiver…

Une guerre de longue haleine !

Un roman épais, riche, qui nous tient jusqu’à la fin.

Éditions L’Homme sans nom

Accéder à la chronique

Extras #51

Dans Londres au XXe siècle, où les bouleversements de société provoquent des tensions dans les cités, des femmes sont assassinées par un tueur en série au sinistre mode opératoire. Ni la police, ni les journalistes n’ont pour le moment de piste. Jeremy, jeune journaliste peu à l’aise dans les relations sociales, rencontre Mrs Hurst, au talent inhabituel. D’abord sceptique, il se prend d’affection pour la vieille dame et son colossal ami, M. Sutcliffe. Mais alors qu’il mène ses propres reportages, Jeremy se rend compte que les pistes de l’affaire recoupent les sujets qu’il traite. Sans l’avoir voulu, le voici donc sur la piste du tueur, lequel perd son sang-froid lorsqu’il constate que ses plans ne se déroulent pas comme il l’avait prévu…
Curieuse de découvrir un roman de David Gemmell qui ne soit pas de la fantasy ou de la SF, j’ai voulu tester ce dernier et j’ai passé un excellent moment. Si tout se déroule dans un Londres réel, avec une véritable enquête et son lot de fausses pistes, l’auteur n’a pas pu s’empêcher de glisser un soupçon de fantastique en la personne de Mrs Hurst, et de son comparse, M. Sutcliffe. Ce dernier d’ailleurs n’est pas sans rappeler les héros du cycle Drenaï, en particulier Druss, personnage auquel il est fait allusion par le roman que Jeremy écrit 🙂 L’évolution du jeune homme est intéressante, on voit comment une rencontre change tout et lui permet de se délester de son armure, d’entrer en communication avec les autres. À partir de là, leur regard sur lui change, de même que celui qu’il a sur lui-même, et son attitude. En délaissant les postures de façade, il s’ouvre aux autres et se permet d’avancer.
Quant à l’intrigue policière, elle est bien menée, assez complexe pour ne pas être percée à jour immédiatement et totalement, tandis que le rythme est contrôlé, notamment avec une montée en puissance du suspense, jusqu’à la scène finale et son dénouement. Beaucoup des protagonistes sont attachants, extrêmement humains, et on est très loin des stéréotypes véhiculés sur un certain nombre de profession.
Donc les amateurs de Gemmell devraient être ravis, et ceux d’enquêtes policières devraient y trouver leur compte ! 😉

Le Masque de la Mort, David Gemmell, éditions Bragelonne, 2019, ISBN 979-1-0281-1105-2, 12.99 € en e-book.

 

L’horoscope

Un vieux monsieur très routinier n’aime rien tant que sa petite vie tranquille et bien ordonnée, réglée comme une horloge. Mais un jour, le vent apporte dans son jardin une page de journal avec l’horoscope. Curieux, il le lit et ce dernier lui annonce de l’inattendu. Pour un homme qui n’aime pas les surprises, cela le plonge dans les affres de l’anxiété, au point qu’il finit par ne plus quitter son lit…
Une histoire qui ne manque pas d’humour, qui tourne gentiment en dérision les prédictions des feuilles de chou et met en lumière l’entraide et le fait que le changement n’est pas forcément une mauvaise chose. De quoi sourire, tout en appréciant les dessins aux tons doux 🙂

de François Blais et Valérie Boivin, éditions les 400 coups, 2020, ISBN 978-2-89540-713-3, 14 €

Magie noire

Quand les légendes marchent sur la Terre…

Un premier tome à l’univers original, prenant, avec un personnage attachant 🙂

Éditions Milady

Accéder à la chronique