La Chasseuse de livres

Faisant suite au roman La Machine de Léandre, dans le même ouvrage, cette nouvelle nous invite à suivre Cassandra, une jeune femme qui prépare sa thèse à l’université sur les écrits de Léandre l’Alchimiste. Toutefois, reléguée depuis un moment dans un placard du fait d’être une femme, elle a bien conscience que son avenir est plutôt bouché. Aussi, lorsque l’occasion se présente de se lancer dans le métier qui l’attire, chasseuse de livres, elle saute dessus à pieds joints, n’en déplaise à certains messieurs. Elle part ainsi à Tourmayeur, dans les ruines antiques, afin de retrouver L’Appel des Anciens, un ouvrage devenu légendaire, mais que certains semblent croire réel, au point de tenter de la tuer…
Avec cette nouvelle, Alex Evans prolonge la présentation du nord de son univers qu’elle avait mis en place dans le roman susnommé, ainsi que dans sa série Sorcières associées, même si celle-ci se situe beaucoup plus au sud. Et comme toujours, c’est un vrai bonheur, avec un personnage de femme volontaire, intelligent, en lutte pour son indépendance et pour trouver sa voie, de quoi s’épanouir, malgré une société patriarcale façonnée par la religion pendant plusieurs siècles. Il y a un petit côté Indiana Jones dans cette nouvelle qui n’est pas désagréable, et bien sûr, le texte étant de format court, le dénouement arrive assez vite. Toutefois, on passe un très bon moment et j’étais très contente de cette nouvelle histoire après le roman qui avait un goût de reviens-y ! 🙂

La chasseuse de livres, dans La Machine de Léandre, par Alex Evans, éditions ActuSF, 2019, ISBN 978-2-3768-6209-3, 9.99 € en e-book ou ISBN 978-2-36629-474-3, 18.90 € en version papier.

Recherches scientifiques et expérimentation

Quand la magie est étudiée de manière académique…ou non !

Un roman dans l’univers de Sorcières associées, mais plus au nord, avec des personnages toujours aussi intéressants et attachants, une intrigue prenante, qui le rende un peu trop court 😉

Éditions ActuSF

Accéder à la chronique

Le grand final

Un battement d’aile de papillon ?

Dernier tome de la série, et une fin explosive !

Freaks'Squeele 7
Éditions Ankama

Accéder à la chronique

Âmes sœurs

LE Léopard et L’agent du FBI font des étincelles

Un roman qui n’était pas du tout ce que j’attendais…

FBI amour âmes sœurs tueur en série université étudiants léopard jaguar homosexualité
Éditions MxM Bookmark

Accéder à la chronique

Extras #41

Nina Wilde, archéologue, suit les traces de ses parents, passionnément à la recherche de l’Atlantide qu’ils croyaient réelle. Alors que son université refuse de financer ses recherches, Nina est contactée par Kristian Frost, un milliardaire qui partage ses convictions. Toutefois, alors qu’elle doit expertiser un morceau d’orichalque supposé atlante, Nina doit se rendre compte qu’ils ne sont pas les seuls sur les traces de la cité engloutie, et leurs ennemis sont prêts à tout pour les arrêter. Heureusement, Frost lui a adjoint un garde du corps, Edward Chase, ancien SAS, particulièrement efficace. Il ne sera pas de trop face aux nombreux périls auxquels l’équipe va se heurter…
Ce roman, le premier d’une série, est plutôt animé et trépidant, mélange d’Indiana Jones et de film d’action survolté. En effet, il évoque irrésistiblement le cinéma. Il nous entraîne aux quatre coins du monde, et si les solutions aux dangers rencontrés semblent parfois outrancières, le récit n’en reste pas moins prenant et divertissant. Il y a de l’humour, des personnages au caractère affirmé et bien défini, ainsi que des références historiques qui rendent plausibles l’ensemble lorsque l’on est néophyte. Un archéologue de métier ne serait peut-être pas du même avis, mais je n’en sais rien. Certains revirements se devinent, ce qui est un peu dommage, toutefois on ne s’ennuie pas. Un roman d’aventures qui donne envie de revoir les Indiana Jones, distrayant à l’envi. 🙂

À la poursuite de l’Atlantide, Une aventure de Wilde et Chase, tome 1, par Andy McDermott,  éditions Bragelonne, 2018, ISBN 979-1-0281-0410-8, 16.90 € ou en e-book, ISBN 979-1-0281-0256-2, 9.99 € sur Emaginaire.