Extras #46

Face à la faillite de leur entreprise, qui a entraîné celui de leur couple, Polly décide de quitter Plymouth et s’installe dans un petit village portuaire de Cornouailles, Mount Polbearne. Alors qu’elle tente de se reconstruire et de reprendre sa vie en main, un petit oiseau et sa passion pour le pain, ainsi que des rencontres incongrues, lui font prendre une direction inattendue. Serait-ce le moyen de se réinventer après les écueils…?
Voici un feel good book que je voulais lire depuis un moment et que j’ai eu l’opportunité d’avoir entre les mains de manière totalement fortuite (merci les boîtes à livres !). J’ai donc sauté dessus et je ne l’ai pas regretté. J’ai passé un excellent moment avec ses personnages, notamment Polly, qui se reconstruit après des années d’épreuve, et qui se reconvertit en laissant parler sa passion pour le pain, la boulangerie. Si le livre ne serait pas loin de vous mettre l’eau à la bouche, on apprécie aussi le récit positif, la capacité de résilience des personnages, et combien le fait qu’ils trouvent leur voie, ou qu’ils soient en accord avec leurs aspirations profondes, contribue au bonheur. Le message fait du bien, les protagonistes sont attachants, très humains, avec leurs failles, leurs forces et leurs faiblesses, et la plupart est loin d’être caricaturale. Derrière des postures de façade, de bravade presque, on perçoit leurs doutes, leurs blessures, et ce sont parfois les regards croisés qui nous éclairent quand Polly ne voit rien.
Bref, il s’agit d’un roman résolument positif, fait pour faire sourire et donner le moral, sans jugement et très humain. 🙂

La Petite Boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan, éditions Pocket, 2016, ISBN 978-2-2662-6365-8, 8.10 €

Retour inattendu

Quand on est increvable…

Un premier tome rapidement prenant, dont tous les mystères ne sont pas éclaircis 🙂

Éditions du Chat noir et éditions ReLynks

Accéder à la chronique

Henry et la liberté, une histoire vraie

Henry est un jeune garçon né esclave dans une plantation. Encore enfant, il est séparé de ses parents et vendu à un autre maître. Adulte, marié et père, il se voit retirer sa femme et ses enfants, vendus également. Il décide alors de s’enfuir dans un autre État, et pour cela met au point avec ses amis un plan d’évasion risqué, mais nécessaire.
Un bel album qui raconte une histoire incroyable, dont on ne peut qu’imaginer les peurs et les angoisses. Une histoire dure, pour les plus grands, qui met en lumière la vie des esclaves aux États-Unis au XIXe siècle et combien leur traitement était inhumain, dépossédés de leur propre vie. Un livre pour réfléchir à la liberté, aux droits fondamentaux et à la dignité.

Pour voir quelques pages, c’est par ici !

par Ellen Levine et Kadir Nelson, Les éditions des éléphants, 2018, ISBN 978-2-37273-067-9, 15 €

esclavage fuite évasion Virginie liberté dignité droits

Une collection d’ennuis

nouvelle magie contrat collection objets génieVif-Argent est une antiquaire avisée qui cache un passé plutôt exotique. Alors qu’elle est chargée de vendre la collection d’objets érotiques d’une défunte, l’effervescence se fait autour d’un petit livre qui ne paie pas de mine, léché par les flammes et à la poésie peu passionnante. Dans la foulée, elle doit gérer son fils adolescent qui rêve de voyage, ainsi qu’un ami fraîchement marié à une femme plus jeune qui l’épuise…
Voici une courte nouvelle qui se situe dans l’univers de Sorcières associées, un roman que j’avais beaucoup aimé. On y découvre le personnage de Vif-Argent, une jeune femme intelligente et dégourdie, qui gère son magasin d’antiquités avec subtilité. L’héroïne est bien campée, on la suit avec plaisir dans ses déboires avec certains objets qu’elle doit vendre. L’humour n’est pas absent, on sourit à de nombreuses reprises, et le récit est bien construit, même si on finit par deviner certaines choses, ce qui est facile sur aussi peu de pages 🙂 Les solutions aux problèmes sont malignes et j’ai apprécié la manière dont l’autrice place les éléments dont elle a besoin pour le dénouement sans rien laisser paraître avant un bout de temps.
Bref, de quoi se faire plaisir et passer un très agréable moment 🙂

Une collection d’ennuis, par Alex Evans, éditions Actusf, 2018, ISBN 978-2-3662-9461-3, gratuite sur Emaginaire.

Coton blues

Un très bel album de grand format, qui parle d’une petite fille, Coton, esclave qui travaille dans une plantation. Elle ne dit pas un mot, elle est discrète, mais elle rêve. Elle rêve d’un oiseau, le calao, dont lui a parlé un vieil esclave. Elle rêve qu’il l’emmène sur ses ailes pour lui faire découvrir ses racines et lui rendre la liberté. Puis un jour, Coton disparaît…
Texte poétique, illustration magnifique, histoire touchante, cet album a tout pour plaire et permet de mettre des mots sur l’esclavage et le vécu de ces hommes et ces femmes arrachés à leur terre natale, puis vendus comme des objets. De quoi discuter avec les enfants.

de Régine Joséphine et Oréli Gouel, éditions Bilboquet, 2011, ISBN 978-2-84181-330-8, 14 €

esclavage rêve liberté oiseau enfant