Férocité

Sauvagerie induite

Quand certains sont pris de folie meurtrière, alors que rien ne les y prédisposaient… Un roman bien construit, à l’intrigue solide, dans un New York de magie à l’époque de Théodore Roosevelt.

Éditions MxM Bookmark

Accéder à la chronique

Imbroglio

Quand les histoires de famille cachent leurs squelettes et qu’ils ressortent au grand jour…

Un tome intrigant, dont l’histoire est un vrai sac de nœuds ! 🙂

Gil Éditions

Accéder à la chronique

Enfer vert

L’humanité dans ce qu’elle a de plus sombre

Quand le veill n’excuse pas les comportements inhumains et que la folie rôde…

geste-des-chevaliers-dragons-08-le-choeur-des-tenebresAccéder à la chronique

Magie ténébreuse

Les morts sont une arme

Un roman qui ne m’a absolument pas convaincue, et qui m’a fait pousser un coup de gueule !

Éditions Milady

Accéder à la chronique

Extras #38

Alors qu’elle s’apprête à convoler avec James Lacey, Agatha voit surgir son mari, Jimmy, qu’elle pensait mort et enterré. Le mariage est annulé, James s’en va, et Agatha est très remontée contre son mari, mais également contre Roy qui lui a fait ce sale coup pour se venger. Toutefois, le lendemain Jimmy est retrouvé mort et aussi bien James qu’Agatha se voient pointés du doigt comme suspects numéro un. Ils décident alors de reformer leur duo d’enquêteurs pour élucider cette affaire et éviter d’être considérés avec suspicion dans tout le village…
Avec ce tome, on voit la catastrophe arriver gros comme une maison, et c’était déjà le cas à la fin du précédent. Agatha peut se montrer particulièrement obtuse lorsqu’elle veut, ce qui n’arrange évidemment pas ses affaires. Comme toujours, l’enquête est tortueuse à souhait, les suspects nombreux, et les complications également. Le rythme et les péripéties sont assez trépidants, si bien que l’on n’a pas le temps de s’ennuyer. Bref, un agréable moment de détente et de divertissement.

Pour lire un extrait, c’est ici !

Pour le meilleur et pour le pire, Agatha Raisin enquête, tome 5, par M.C. Beaton, éditions Albin Michel, 2017, ISBN 978-2-226-32996-7, 14 €.