Le jardinier de la nuit

Alors qu’il habite dans une ville plutôt monotone, William, un petit garçon orphelin, et ses habitants, voient leur vie chamboulée un matin par la découverte de sculptures végétales apparues pendant la nuit. Dès lors, l’enfant parcourt les rues chaque jour, à la recherche de la nouveauté, son ennui rompu par les surprises renouvelées. La joie et les sourires reviennent, mais qui est ce mystérieux jardinier de la nuit ?
Un bel album qui met en avant la beauté et le plaisir de la créativité. Avec de très belles illustrations et un brin de poésie 🙂

Pour voir quelques pages, c’est par ici 😉

de The Fan Brothers, éditions Little Urban, 2018, ISBN 978-2-37408-135-9, 15 €

Éditions Little Urban

Découverte de Scorfel

Voici un festival auquel je n’étais encore jamais allée et que j’ai découvert dans la très jolie ville de Lannion. C’est le troisième que je visite depuis septembre, et si l’ambiance était tout aussi sympathique que dans les deux autres (Cidre et Dragon et les Halliennales), ce salon possède sa propre identité, à l’instar des précédents. Cidre et Dragon faisait la part belle à l’artisanat, les Halliennales à la littérature, Scorfel fait place au jeu et aux jeux de toutes sortes, qu’ils soient de société, de rôle ou de plateau. 🙂 Trois festivals bien différents donc, mais tous aussi agréables les uns que les autres.
Les littératures de l’imaginaire y étaient représentées, si bien que je me suis encore laissée tenter, la curiosité aidant, et j’ai pris plaisir à discuter avec différents auteurs, les échanges se révélant riches, instructifs, bousculant au passage certaines représentations, ce qui n’est pas un mal. 🙂
J’ai testé un jeu qui peut se jouer à tout âge, Kikou le coucou, et j’ai beaucoup apprécié le repas du soir, auquel il était possible de participer sur inscription, très bien organisé vu le nombre des convives ! Chacun est venu se servir au buffet dans la bonne humeur et sans bousculade, les plats étaient copieux et là encore, ce fut l’occasion de discuter avec des amateurs de jeu dont la conversation fut très enrichissante. Côté contact humain, on peut dire que ce festival est aussi accueillant que dans le Nord, tout en simplicité et en gentillesse. Amateurs de jeux, il y avait de quoi vous combler, car après le repas se tenait une nuit ludique, tandis que les amoureux des contes pouvaient assister à une représentation.
Dans l’espace Sainte Anne à la médiathèque Alain Gouriou, qui inscrivait ses animations dans le mois de l’imaginaire, vous pouviez admirer une exposition ressemblant fort à un cabinet de curiosités, réalisée par Le Cabinet mirifique du Professeur Berlupin. Les cartels retraçaient l’histoire (imaginaire) d’objets liés à des personnages emblématiques ou historiques. Vous pouviez ainsi découvrir les lunettes de Marie Shelley, qui imprègnent leur porteur d’une grande imagination les soirs d’orage, l’oreille coupée de Van Gogh, pointue et attestant d’une nature de semi-elfe… et autres artefacts dûment étiquetés 🙂 Il y avait également des sculptures steampunk originales dont je n’ai pas trouvé l’auteur, représentant des prototypes de submersibles, le tout exposé dans un magnifique bâtiment.

D’une manière générale, Lannion est une ville très agréable, où il fait bon flâner, avec une architecture riche et chargée d’histoire. La ville se prête aisément à l’imagination avec ses petites rues et ses bâtiments anciens, tout comme le canal qui la parcourt vous rappelle que la mer n’est pas loin, avec les mouettes qui y campent à marée basse.
Bref, voici un festival plus modeste de taille que les deux autres, mais tout aussi agréable, bénéficiant d’un très beau cadre, qui m’a offert d’excellents moments et de belles rencontres. Je n’ai pas tout évoqué car je n’ai pas assisté à tout, cependant je suis ravie de mon petit séjour breton. Je pense que j’y retournerai 🙂

Normannia 2e édition

événement médiéval fantastiquePour sa deuxième édition, Normannia s’est fait ambitieux. Un plus grand nombre d’exposants, des halls supplémentaires, des concerts et des animations variés… J’ai eu la chance de pouvoir venir sur les deux jours et d’assister au concert de Luc Arbogast, j’en remercie d’ailleurs les organisateurs, et j’ai pu constater la différence par rapport à l’année passée. De mon point de vue, c’est un pari réussi.
J’ai retrouvé la même ambiance simple et chaleureuse qui m’avait séduite, le voyage dans le temps et dans d’autres univers, que ce soit par les déambulations d’étranges créatures ou par les costumes des exposants et des visiteurs… La créativité, l’ingéniosité et l’imagination étaient au rendez-vous, dans une ambiance à la fois festive et bon enfant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai savouré mes pérégrinations dans les travées, m’émerveillant devant les décors, la beauté de certains articles, les couleurs, les senteurs, les textures, les évocations, tandis que certaines odeurs alléchantes venaient titiller mes narines et mes papilles ! Énorme croque-monsieur au maroilles, tourino (un pain brioché généreux en pépites de chocolat), pains à l’ancienne, gros biscuits, crêpes, galettes, fromage, saucisson et autres gourmandises m’avaient l’air très appétissantes, j’ai d’ailleurs craqué sur certaines… Les amateurs de bière pouvaient également trouver leur bonheur, de même que les friands de liqueur, d’hydromel et de boissons en tous genres, y compris des élixirs de sorcière fumants !

Quant aux animations, si je n’ai pas tout vu, j’ai pu apprécier les combats à l’épée, admirer les oiseaux de proies ou le camp viking… Mon grand regret étant de ne pas avoir pu assister au spectacle de feu pour cause de rendez-vous musical 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le concert de Luc Arbogast s’est révélé un moment convivial, chaleureux, plein d’humour et de simplicité, tandis que l’artiste nous faisait participer et instaurait une ambiance de connivence et de proximité avec son public. J’ai découvert une voix à la très grande amplitude, maîtrisée, ainsi que des musiciens excellents, et je n’ai pas boudé mon plaisir, même si nous étions dans les courants d’air et qu’il manquait des places assises…

Je crois donc que ce qui fait le succès d’un tel salon, c’est qu’il répond à une recherche d’authenticité, aussi bien au niveau des articles proposés que des relations humaines. Les produits en vente sont essentiellement artisanaux, fabriqués à partir de matériaux nobles : bois, cuir, métal, verre… L’alimentation n’est pas industrielle, et lorsque vous discutez avec les exposants, il est manifeste qu’ils font ce métier par passion, qu’ils veulent partager ce qui les fait vibrer, ce qui les anime… et il en va de même avec les associations et les organisateurs. Ce salon regorge positivement de talents, et c’est grâce à ce genre de rendez-vous de passionnés que l’on peut les découvrir, tout en conservant une taille humaine propre à favoriser de véritables échanges.
En conclusion ? J’attends la prochaine mouture avec impatience !