Normannia, et de 3 !

Bonjour, bonjour !
Comme les années précédentes, je suis allée à Normannia ce week-end et je viens vous faire part de mes impressions. Malheureusement, cette fois je n’aurai pas de photos à vous présenter, les miennes ayant été perdues lors de leur transfert sur mon ordinateur… 😦
J’ai donc embarqué samedi après-midi, direction le Parc Expo de Rouen, pour cette troisième édition sur le thème des pirates, par un vent à vous drosser sur les récifs ^^. Je suis arrivée assez tardivement au festival, après avoir passé des zones de turbulences routières dues essentiellement à de nombreux travaux.
Était-ce dû à la fatigue et au jour déjà déclinant ? À la météo peu clémente ? J’ai eu l’impression que l’ambiance était moins festive, malgré de nombreuses échoppes, artisans, artistes et badauds. Si j’ai déambulé dans les allées avec plaisir, à prendre le temps d’admirer les articles proposés, à reconnaître des exposants que j’avais vus les années passées ou à Cidre et dragon, j’avais pourtant du mal à m’immerger complètement dans l’ambiance. Je suis d’ailleurs repartie avec le sentiment tenace d’être passée à côté du festival.

image Pixabay

Résultat, le lendemain matin, j’y suis retournée, alors que ce n’était pas prévu, pour voir si l’impression persistait… Heureusement, ce ne fut pas le cas, et j’ai compris qu’une bonne part de ce ressenti venait du manque de luminosité, notamment dans le hall 5. La veille, il faisait nuit lorsque je l’avais parcouru, et à certains endroits, on n’y voyait vraiment pas grand-chose, l’éclairage étant trop faible pour bien admirer les étals des exposants. C’est bien dommage, car cela ne met pas en valeur ce qu’ils proposent.
Bref, j’ai davantage apprécié ma visite du dimanche, renouant avec la vivacité et la gaieté que j’avais connues lors des précédentes éditions, que ce soit chez les visiteurs ou les artisans. J’ai assisté avec plaisir aux danses médiévales, j’ai entendu le fracas du béhourd, le tintement des haches de lancer, le chant des instruments anciens, tandis que je découvrais de nouveaux étals ou que je savourais les décors et l’ambiance plus maritimes, avec de nombreux visiteurs aux costumes dignes de la flibuste 🙂

image Pixabay

Si finalement je suis revenue de ma visite aussi satisfaite que les années précédentes, j’ai toutefois un regret, qui ne concerne sans doute que l’adepte des mondes fantastiques que je suis. L’avantage du thème des pirates était qu’il permettait aux visiteurs de venir facilement costumés. Son inconvénient, c’est que les mondes imaginaires étaient beaucoup moins représentés dans les costumes. J’ai regretté le petit grain de fantaisie et de féerie des éditions précédentes, même si le steampunk était encore bien présent.

©François Prieux

En conclusion, je dirais que cette troisième édition était aussi agréable que les précédentes, les exposants étaient nombreux et le programme riche, même s’il m’a semblé qu’il y avait moins de déambulations sur échasses que l’année passée. D’autre part, il est dommage que les changements concernant le spectacle de feu n’ait pas fait l’objet d’une annonce au micro. Sinon, les amoureux du médiéval et les fans de la piraterie avaient de quoi trouver leur bonheur, dans la joie et la bonne humeur 😉

image Pixabay

Si vous voulez voir des photos du festival, nul doute que vous en trouverez sur la page Facebook de l’association, l’année passée ils en avaient relayées beaucoup. Bon visionnage et que les vents vous soient favorables ! 🙂

image Pixabay

Découverte de Scorfel

Voici un festival auquel je n’étais encore jamais allée et que j’ai découvert dans la très jolie ville de Lannion. C’est le troisième que je visite depuis septembre, et si l’ambiance était tout aussi sympathique que dans les deux autres (Cidre et Dragon et les Halliennales), ce salon possède sa propre identité, à l’instar des précédents. Cidre et Dragon faisait la part belle à l’artisanat, les Halliennales à la littérature, Scorfel fait place au jeu et aux jeux de toutes sortes, qu’ils soient de société, de rôle ou de plateau. 🙂 Trois festivals bien différents donc, mais tous aussi agréables les uns que les autres.
Les littératures de l’imaginaire y étaient représentées, si bien que je me suis encore laissée tenter, la curiosité aidant, et j’ai pris plaisir à discuter avec différents auteurs, les échanges se révélant riches, instructifs, bousculant au passage certaines représentations, ce qui n’est pas un mal. 🙂
J’ai testé un jeu qui peut se jouer à tout âge, Kikou le coucou, et j’ai beaucoup apprécié le repas du soir, auquel il était possible de participer sur inscription, très bien organisé vu le nombre des convives ! Chacun est venu se servir au buffet dans la bonne humeur et sans bousculade, les plats étaient copieux et là encore, ce fut l’occasion de discuter avec des amateurs de jeu dont la conversation fut très enrichissante. Côté contact humain, on peut dire que ce festival est aussi accueillant que dans le Nord, tout en simplicité et en gentillesse. Amateurs de jeux, il y avait de quoi vous combler, car après le repas se tenait une nuit ludique, tandis que les amoureux des contes pouvaient assister à une représentation.
Dans l’espace Sainte Anne à la médiathèque Alain Gouriou, qui inscrivait ses animations dans le mois de l’imaginaire, vous pouviez admirer une exposition ressemblant fort à un cabinet de curiosités, réalisée par Le Cabinet mirifique du Professeur Berlupin. Les cartels retraçaient l’histoire (imaginaire) d’objets liés à des personnages emblématiques ou historiques. Vous pouviez ainsi découvrir les lunettes de Marie Shelley, qui imprègnent leur porteur d’une grande imagination les soirs d’orage, l’oreille coupée de Van Gogh, pointue et attestant d’une nature de semi-elfe… et autres artefacts dûment étiquetés 🙂 Il y avait également des sculptures steampunk originales dont je n’ai pas trouvé l’auteur, représentant des prototypes de submersibles, le tout exposé dans un magnifique bâtiment.

D’une manière générale, Lannion est une ville très agréable, où il fait bon flâner, avec une architecture riche et chargée d’histoire. La ville se prête aisément à l’imagination avec ses petites rues et ses bâtiments anciens, tout comme le canal qui la parcourt vous rappelle que la mer n’est pas loin, avec les mouettes qui y campent à marée basse.
Bref, voici un festival plus modeste de taille que les deux autres, mais tout aussi agréable, bénéficiant d’un très beau cadre, qui m’a offert d’excellents moments et de belles rencontres. Je n’ai pas tout évoqué car je n’ai pas assisté à tout, cependant je suis ravie de mon petit séjour breton. Je pense que j’y retournerai 🙂

Visite aux Halliennales

Voici un festival dédié aux littératures de l’imaginaire qui me faisait de l’œil depuis un bon moment et auquel je n’étais jamais allée.
Cette année, je me suis décidée et je ne le regrette pas. Mon porte-feuille n’est sans doute pas de cet avis, mais on va dire que j’ai pris un peu d’avance pour Noël, et ma famille aussi 😉
Nous avons donc pris la route du Nord tôt samedi matin pour nous rendre en terre lilloise, avec pour récompense un magnifique lever de soleil en chemin.
Dans la salle, l’ambiance était chaleureuse, bon enfant, les gens souriants et amicaux, comme à une réunion de vieux amis qui se retrouvent. D’ailleurs, vous étiez très bien accueillis et si d’aventure vous aviez besoin d’un renseignement, il y avait toujours quelqu’un pour essayer de vous aider. Les personnes présentes se sont vraiment montrées d’une grande gentillesse, serviables et disponibles 🙂
J’avoue, je n’ai pas résisté à la tentation et craqué sur de nombreux ouvrages, dont certains m’avaient attiré l’œil depuis un moment sur le net. Je n’ai pas longtemps hésité, notamment avec les intégrales, ni pour les livres dont j’avais déjà lu les auteurs. 🙂

©Lily Fantasy

Ces derniers les dédicaçaient volontiers, en toute simplicité. Tampons encreurs, dessins, petits mots, et des conversations intéressantes, enrichissantes, aussi bien sur tel ou tel livre, son écriture, que sur les littératures de l’imaginaire en général… J’ai découvert également des maisons d’édition, la Belgique n’étant pas loin, qui avaient fait le déplacement, pour le plus grand bonheur de ma curiosité.
Bref, je suis ravie de mes découvertes et s’il n’y avait eu que les livres, j’étais déjà comblée !
Mais le festival ne s’en tenait pas là, puisqu’il y avait également un petit marché artisanal où je me suis ébaubie d’admiration devant de très jolies créations, chapeaux, bijoux, cuirs, costumes,  illustrations, figurines…

Enfin, nous avons également eu droit à des jongleries et acrobaties, ainsi qu’à une animation faisant participer des membres du public sur le thème des péchés capitaux. De quoi sourire, rire et passer un excellent moment.

Le seul bémol concerne les étiquettes collées sur les livres déjà achetés pour les distinguer de ceux en vente. J’ai dû utiliser un substitut d’acétone pour réussir à les décoller, et certaines ayant retiré le pelliculage de la couverture, il y a eu des dégâts. Étant plutôt maniaque avec mes livres, en voir un abimé à cause d’une étiquette ne me plaît pas du tout.

Hormis ce désagrément, je ne regrette pas ma visite, je suis repartie le sourire aux lèvres, les mains pleines de livres, et impatiente de découvrir ces nouveaux univers qui m’ont grandement tentée. À voir le monde qui a afflué, je ne suis sans doute pas la seule ! 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à aller y faire un tour, vous serez très bien accueillis 😉

Découverte de Cidre et Dragon

Voici un festival qui me tentait depuis un bon moment. La chance était avec les festivaliers, puisque le temps s’est révélé magnifique, bien qu’un peu frais le matin. Pour un événement qui se déroule en extérieur, c’est un plus indéniable. 🙂
Près de la plage, une énorme dragonne rouge vous accueillait, faisant face à un minotaure aux airs de quintaine, mais les fleurs à la main. Le ton était donné d’emblée, et la plongée dans l’imaginaire immédiate. Cela d’autant plus qu’un peu plus loin vous attendaient le trône de fer, le Nautilus et un Détraqueur… De loin en loin, un Nazgûl, un Ent peu engageant ou un géant de pierre marquaient l’un des embranchements de la cité de toile et ses nombreuses échoppes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Deux camps vikings s’étaient établis aux extrémités du festival, et vous pouviez vous essayer au lancer de hache ou tenter de battre le record pour maintenir en l’air une lourde masse. Des spectacles étaient également proposés, la possibilité de participer à des jeux de rôles, de tester des jeux de société, des jeux anciens, ou d’écouter de la musique…

Bien évidemment, les costumes étaient nombreux. Le steampunk côtoyait le médiéval et la fantasy, ainsi que Harry Potter. Vous pouviez même croiser Voldemort dans les allées ! De quoi s’émerveiller, de même que nombre de stands où l’artisanat était à l’honneur autant que l’imaginaire et la créativité. Il y en avait pour tous les goûts, y compris pour les affamés ou les gourmands, avec pêle-mêle jambon rôti, crêpes, pains à l’ancienne, gâteaux, brioches, biscuits, miel, châtaignes, sans oublier divers alcools…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La liste est loin d’être exhaustive, et les photographies ne montrent qu’une parcelle de tout ce qu’il y avait à voir ! D’autant que le succès de la manifestation a fini par rendre les prises de vue difficiles 😉 Mais personne ne s’en plaindra !

J’ai flâné dans les rues de Merravilla toute la journée avec bonheur, profité de la plage et de la proximité de la mer au passage, et je suis revenue chez moi avec des étoiles plein les yeux et des kilomètres plein les jambes ! Je ne regrette pas cette immersion en terre de Cidre et Dragon, et nul doute que si je le peux, j’y retournerai l’année prochaine ! Enchantement et émerveillement garantis 🙂

Évasion du week-end

Samedi 7 et dimanche 8 avril 2018 a lieu le festival L’orée des légendes dans les Ardennes, à Monthermé.
Cet événement bisannuel se déroule près de l’abbaye de Laval-Dieu, ouverte pour l’occasion et dans les jardins de laquelle il vous sera possible d’assister à des représentations de conteurs. Le thème de cette édition s’intitule Les esprits de la nature, avec une superbe affiche de Cyril Barreaux, et promet de beaux costumes pour la parade prévue le dimanche après-midi.
Au programme vous sont également proposés un salon du livre, ses auteurs et ses illustrateurs, des concerts, des projections de film, un marché féerique, dont une nocturne le samedi soir avec spectacle de feu.
Vous pourrez admirer un Ent de bonne taille, vous promener au son de la musique médiévale, apprécier des jongleries et des déambulations dans les allées du festival… De quoi vous évader pour quelques heures ou un week-end entier, en contrée féerique et en bonne compagnie 🙂

événement festival imaginaire
© Cyril Barreaux