Papillons mortels

Miroir, mon bon miroir…

Un roman fantastique habile, dans lequel on se fait allègrement promener ! 🙂

papillon de nuit fantômes passé mémoire vengeance manipulation meurtres accidents surnaturel fantastique
Éditions Bragelonne

Accéder à la chronique

Réminiscences douloureuses

Tout est lié

Un troisième tome qui nous fait découvrir une partie du passé de Blaise, tandis que Merlin subit une transformation radicale…

dragon secret amour manipulation épreuve initiatique archidruide passé vengeance colère foi
Éditions Soleil

Accéder à la chronique

Extras #39

Yukiko Le Bihan, photographe franco-japonaise, est à Tokyo lorsque le tsunami dévastateur de 2011 frappe le Japon. Elle part dans le Tohoku pour tenter de retrouver sa grand-mère maternelle, dont personne n’a de nouvelles. Elle découvre ainsi l’étendue de la dévastation, la détresse des survivants, et voit le paysage de son enfance transformé. Le voyage est également l’occasion pour elle de plonger dans l’histoire familiale, tout en songeant à sa double culture à laquelle elle est attachée. Le désastre et les rencontres vont la changer, comme tout ceux touchés par le drame…
Voici un roman dont la narration s’articule entre le présent de 2011, et le Japon de la deuxième moitié du XIXe siècle, dans une alternance plutôt régulière. Nous découvrons ainsi un pays pris dans les soubresauts de la transformation et du changement, avec une ouverture plus ou moins pacifique aux nations étrangères, aux traditions bouleversées par les apports techniques européens, et un archipel meurtri par le raz-de-marée qui a fait date, auquel s’ajoute la catastrophe nucléaire de Fukushima. Élevée dans les cultures française et japonaise, Yuki est une passerelle entre les deux et apporte un éclairage sur les différences de point de vue et de comportement. Le roman aborde de nombreux thèmes, dont l’identité, l’enracinement, la famille, la résilience, le changement… Il est riche, aussi bien en informations qu’en émotions, et profondément humain. Une belle lecture 🙂

Pour lire un extrait, c’est ici !

La mémoire sous les vagues, de Laurence Couquiaud, éditions Pocket, 2018, ISBN 978-2-266-28164-5, 6.95 €

Pacte avec le Diable

Jouet des forces surnaturelles

Le docteur Faust passe un pacte dont il croit connaître les tenants et aboutissants…

Éditions Flammarion

Accéder à la chronique

Extras #19

Alors qu’il travaille sur un gratte-ciel à New York, John LaLiberté, ironworker, assiste à l’effondrement des Twin Towers. Avec ses collègues monteurs d’acier, John fait partie des premiers sur les lieux pour tenter de dégager des survivants, chose impossible pour les secours sans leurs compétences pour découper l’acier des poutres effondrées. À travers son regard et l’histoire de sa famille, c’est toute l’épopée des indiens Mohawk qui nous est racontée, de leur tradition d’architectes du bois à leur spécialisation dans la construction de tours vertigineuses et de ponts d’acier.

Voici un roman qui prend aux tripes dès son ouverture, avec le 11 septembre 2001. Incrédulité, effarement, stupéfaction, horreur, volonté et besoin de faire quelque chose pour aider… Les émotions sont nombreuses et nous sont retranscrites à travers le regard de John et de son ami Andy. Mais le récit ne se contente pas de jouer sur la corde sensible, il s’enrichit également d’informations historiques sur la renommée des monteurs d’acier, son origine et la légende (fausse) qui veut qu’ils ne connaissent pas le vertige. Le propos alterne les différentes époques pour nous faire revivre le parcours des ironworkers au fil du temps, comment ce sont construites cette tradition et ces compétences, avec pour fil conducteur des membres de la famille de John. Passionnant, bien documenté, c’est un livre qu’il est difficile de lâcher et avec lequel j’ai découvert tout un univers dont la réalité m’échappait. Un gros coup de cœur !

Ciel d’acier, de Michel Moutot, éditions Points, 2016, ISBN 978-2-7578-5971-1, 7.95 € et aux éditions Arléa, 2015, ISBN 978-2-3630-8071-4, 22 € (grand format)

Éditions Arléa