Ruines habitées

Dans le secret de la forêt…

Un roman graphique de toute beauté, autant par son texte que par son illustration 🙂

Éditions du Chat noir

Accéder à la chronique

Extras #46

Face à la faillite de leur entreprise, qui a entraîné celui de leur couple, Polly décide de quitter Plymouth et s’installe dans un petit village portuaire de Cornouailles, Mount Polbearne. Alors qu’elle tente de se reconstruire et de reprendre sa vie en main, un petit oiseau et sa passion pour le pain, ainsi que des rencontres incongrues, lui font prendre une direction inattendue. Serait-ce le moyen de se réinventer après les écueils…?
Voici un feel good book que je voulais lire depuis un moment et que j’ai eu l’opportunité d’avoir entre les mains de manière totalement fortuite (merci les boîtes à livres !). J’ai donc sauté dessus et je ne l’ai pas regretté. J’ai passé un excellent moment avec ses personnages, notamment Polly, qui se reconstruit après des années d’épreuve, et qui se reconvertit en laissant parler sa passion pour le pain, la boulangerie. Si le livre ne serait pas loin de vous mettre l’eau à la bouche, on apprécie aussi le récit positif, la capacité de résilience des personnages, et combien le fait qu’ils trouvent leur voie, ou qu’ils soient en accord avec leurs aspirations profondes, contribue au bonheur. Le message fait du bien, les protagonistes sont attachants, très humains, avec leurs failles, leurs forces et leurs faiblesses, et la plupart est loin d’être caricaturale. Derrière des postures de façade, de bravade presque, on perçoit leurs doutes, leurs blessures, et ce sont parfois les regards croisés qui nous éclairent quand Polly ne voit rien.
Bref, il s’agit d’un roman résolument positif, fait pour faire sourire et donner le moral, sans jugement et très humain. 🙂

La Petite Boulangerie du bout du monde, de Jenny Colgan, éditions Pocket, 2016, ISBN 978-2-2662-6365-8, 8.10 €

Libérer un grand Ancien…

Cthulhu peut-il bien se tenir ?

Quand une humaine peut décider du sort du monde…

Cthulhu déités monstres fanatiques jugement magie pentacle mondes ailleurs fantastique fantasy
Éditions ActuSF

Accéder à la chronique

Jouets humains

Quand la Mort, le Destin et le dieu des Enfers ont des comptes à régler…

Un excellent roman, dont la double intrigue vous attrape et ne vous lâche plus 🙂

Éditions Plume Blanche

Accéder à la chronique

Extras #39

Yukiko Le Bihan, photographe franco-japonaise, est à Tokyo lorsque le tsunami dévastateur de 2011 frappe le Japon. Elle part dans le Tohoku pour tenter de retrouver sa grand-mère maternelle, dont personne n’a de nouvelles. Elle découvre ainsi l’étendue de la dévastation, la détresse des survivants, et voit le paysage de son enfance transformé. Le voyage est également l’occasion pour elle de plonger dans l’histoire familiale, tout en songeant à sa double culture à laquelle elle est attachée. Le désastre et les rencontres vont la changer, comme tout ceux touchés par le drame…
Voici un roman dont la narration s’articule entre le présent de 2011, et le Japon de la deuxième moitié du XIXe siècle, dans une alternance plutôt régulière. Nous découvrons ainsi un pays pris dans les soubresauts de la transformation et du changement, avec une ouverture plus ou moins pacifique aux nations étrangères, aux traditions bouleversées par les apports techniques européens, et un archipel meurtri par le raz-de-marée qui a fait date, auquel s’ajoute la catastrophe nucléaire de Fukushima. Élevée dans les cultures française et japonaise, Yuki est une passerelle entre les deux et apporte un éclairage sur les différences de point de vue et de comportement. Le roman aborde de nombreux thèmes, dont l’identité, l’enracinement, la famille, la résilience, le changement… Il est riche, aussi bien en informations qu’en émotions, et profondément humain. Une belle lecture 🙂

Pour lire un extrait, c’est ici !

La mémoire sous les vagues, de Laurence Couquiaud, éditions Pocket, 2018, ISBN 978-2-266-28164-5, 6.95 €