Feldrik Rivat, « La 25e heure »

enquête vol morts disparitions chrysanthème noir Paris fin XIXe siècle heroic fantasy trilogie batailles survie intrigues politiques magie civilisations Couv_KERNS1-3_2015.indd Les Kerns de l'oubli tome 1 ancienne couverture HSN Couv_KERNS1-3_2015.indd Les Kerns de l'oubli ancienne couverture tome 2 HSN Couv_KERNS1-3_2015.indd Les Kerns de l'oubli tome 3 ancienne couverture HSN  Les Kerns de l'oubli tome 1 Feldrik Rivat fantasy heros aventure magie

Bonjour Feldrik, je te remercie de m’accorder un peu de ton temps dans un agenda chargé. Comment voudrais-tu te présenter aux lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

Bonjour ! Comment me présenter en quelques mots… Disons que je suis un auteur de moins en moins débutant ! Je suis ma route depuis quelques années déjà, dans les sous-bois et chemins de traverse de ce vaste monde du livre, avec énergie et passion. Mais je laisse la suite de cet entretien en dévoiler plus sur mon parcours !

 

Après une trilogie de fantasy, Les Kerns de l’Oubli, et diverses nouvelles de science-fiction, tu passes à de l’uchronie, mâtinée de fantastique et d’une touche de steampunk. Est-ce le résultat d’envies d’écriture particulières ou peut-être la volonté d’éviter les étiquettes ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

C’est mon côté collectionneur : je vais collectionner le plus d’étiquettes possible ! Plus sérieusement, mon souhait et mon plaisir est de provoquer l’évasion chez le lecteur. Pour moi, la seule étiquette qui me correspondrait est celle qui engloberait l’ensemble des littératures de l’imaginaire. Ensuite, je dirais que ces variations de thèmes et d’univers correspondent aussi à ma nature profonde : ce que j’aime par-dessus tout est l’expérimentation, l’exploration de nouveaux mondes, la transposition d’idées et de concepts identiques dans des contextes différents… C’est le meilleur moyen de ne pas m’enfermer dans un genre, tout en nourrissant ma soif de nouveaux horizons.

Qu’est-ce qui t’a attiré dans cette époque (fin XIXe siècle), cette ville, et qui t’a donné envie d’écrire un roman aussi radicalement différent des trois premiers ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

Cette fin de XIXème siècle parisien est une période d’effervescence sur le plan scientifique et industriel. Une époque où beaucoup de frontières sont tombées. Et certains fantasmes ont ressurgi, comme celui de vaincre la mort, une idée des plus coriaces ! Alors comment ne pas jeter son dévolu sur cette période quand on veut mêler à la fois le fantastique, la science et l’ésotérisme ? Et c’est en plus l’occasion de jouer un peu avec l’Histoire et les grands hommes qui ont fait cette fin de siècle !

L’archéologie fait partie de tes premières amours. Que t’a-t-elle apporté pour ce roman ? Le travail de documentation paraît important, autant pour décrire la ville et les métiers que pour faire évoluer des personnages ayant réellement existé.

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

En effet, l’archéologie reste un élément important de mon ADN. En fonction des projets, cette sensibilité se fait plus ou moins sentir. Mais ce qui persiste le plus, ce sont les habitudes de travail prises avec la pratique de ce métier, et la très longue formation universitaire qui est derrière. Je suis habitué à faire des synthèses, à tracer à grands traits ce qui caractérise un contexte ou une époque en me basant sur une documentation appropriée, point qui est essentiel quand on se lance dans l’écriture d’un projet. Pour La 25e Heure, il m’a en effet fallu lire une quantité substantielle d’ouvrages pour aller renseigner tous les champs nécessaires à la retranscription d’une ambiance crédible. Heureusement, les grandes bibliothèques nationales ou universitaires mettent aujourd’hui en ligne un grand nombre de références accessibles sans devoir se lancer dans une chasse à la référence à travers Paris ! Reste que certaines ambiances doivent être prises sur le vif. Je pense aux catacombes, par exemple…

Il est vrai que la scène dans ces lieux est propice à la claustrophobie ! On s’aperçoit que certaines peurs, pour primitives qu’elles soient, ne se sont pas estompées malgré des siècles d’évolution. Elles n’épargnent pas même le Khan. Justement, en parlant de Lacassagne, comment est né ce personnage si particulier ? Certains commentaires le comparent à Javert dans Les Misérables de Victor Hugo, qu’en penses-tu ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

Lacassagne… C’est un long travail que de faire émerger un personnage. Il doit avoir ce qu’il faut d’aspérités pour intriguer le lecteur et porter le récit, sans tomber non plus dans l’excès et l’inacceptable. Un personnage, quel que soit son rôle, est toujours un pot-pourri d’éléments réels, d’empreints divers, et de ressentis personnels. Le reste n’est que question de circonstances, de besoins et d’alchimie… Une chose est sûre, j’ai pris un grand plaisir à brosser le portrait de ce personnage hors norme ! Maintenant, dire qu’il y a du Javert dans ce Lacassagne… Les Misérables faisant partie de lectures anciennes et depuis longtemps digérées, je dirais qu’il est possible que des briques de Javert se soient glissées dans la genèse de ce personnage… Mais je pense surtout que c’est le lecteur qui va piocher dans son propre référentiel de quoi rattacher ce qu’il lit à ce qu’il connaît.

Tout comme dans la trilogie des Kerns de l’oubli, tu as mis en scène un duo maître/élève, où la transmission du savoir est sous-jacente. C’est un thème qui te tient à cœur ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

La transmission est en effet un thème récurrent dans mes projets. L’Homme en a fait un art : la transmission des savoirs et des compétences est ce qui fait et défait les civilisations depuis des millénaires.

 

 

Qu’est-ce que tu as vraiment voulu mettre en avant dans ce roman ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

La question qui est derrière le projet est le rapport que nous entretenons avec la mort et à la mémoire. La trace que laisse un homme, une femme, après sa vie. Sommes-nous juste bons à nous perpétuer, de génération en génération, en ayant simplement un degré de conscience en apparence plus élevé que le reste du règne animal, et donc sans véritablement nous en distinguer ? Ou avons-nous un dessein plus large, plus difficile à percevoir ? Cette fin de XIXème siècle a remplacé la religion par la science. Mais la science ne semble pas en mesure de répondre à certaines questions… ni contenter tous les appétits.

Un deuxième tome est prévu pour septembre. Cela nous annonce-t-il une série avec de nombreux volumes ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

Autant pour Les Kerns de l’Oubli le format était clairement défini dès le départ avec une histoire en trois actes, autant ce projet fonctionne plus sur le modèle de la série. En l’état, voici le projet : les deux premiers épisodes marchent ensemble. Le Chrysanthème Noir viendra donc former un diptyque avec La 25e Heure, avec une tonalité plus fantastique (un peu à la Gaiman ou à la Priest). Viendra ensuite un troisième épisode qui se déroulera plusieurs années plus tard. Paris, entre-temps, aura évolué dans un décor uchronique total : cette fois, le dépaysement sera consommé ! Ce troisième épisode permettra de mettre les deux précédents en perspective et de les renvoyer à ce qu’ils sont : la genèse de cet univers. Ensuite, je partirai vers d’autres projets, avec dans l’idée de proposer une fois de temps en temps un nouvel épisode et une nouvelle aventure de Lacassagne…

Pour conclure, y a-t-il des projets dont tu voudrais nous parler ?

La 25e heure Feldrik Rivat fantastique science-fiction uchronie Paris fin XIXe siècle science

Ah, ce point reste nimbé d’un voile qui est celui du secret de fabrication ! Après l’uchronie, un peu de SF ?

 

 

 

Merci d’avoir répondu à mes questions, Feldrik. Je te souhaite de rencontrer le succès comme tu rencontres régulièrement ton public (dédicaces), et j’attends avec impatience la suite des aventures de Lacassagne et de Bertillon. 🙂

Site internet de l’auteur
Site internet de l’éditeur

À noter : le tome 1 des Kerns de l’oubli sortira bientôt en version poche chez J’ai lu (le 2 mars 2016), et est désormais disponible en version numérique.

Kerns I : ISBN 978-2-918541-09-7
Kerns II : ISBN 978-2-918541-11-0
Kerns III : ISBN 978-2-918541-17-2
La 25e Heure : ISBN 978-2-918541-20-2 (chronique)

Tous les dessins ci-dessous, ainsi que le caducée, sont la propriété de Feldrik Rivat et son œuvre.

cartographie vamptère carte_almenarch_base-sepia Vue d'Almenarc'h Almenarch chasseursdebrume

 

 

 

 

Le 06.02.2016

Publicités