World War Z

de Max Brooks, éditions Le livre de poche, 2010, ISBN 978-2-2531-2990-5, 7.60 €.

L’histoire :

guerre zombies politiques militaires stratégie pandémie extinction résistance lutte reconquête critique

Après une guerre totale contre les zombies qui a bien failli provoquer l’extinction de l’humanité, différents protagonistes témoignent dans des entretiens avec le narrateur pour donner un éclairage global sur cette crise sans précédent. Leur organisation chronologique retrace les étapes de ce conflit hors normes, ainsi que les intérêts et les conséquences des actes des uns et des autres, livrant ainsi une critique féroce de certains comportements, y compris chez les plus hauts responsables.

Chronique :

Voilà un petit moment que je voulais lire ce livre et j’ai été agréablement surprise. Il est bien écrit, bien structuré, malin, et le fait d’avoir choisi un mode de narration qui rappelle le documentaire avec des entretiens y est pour beaucoup. Chaque intervenant raconte les choses de son point de vue, comment il les a vécues, et cela rend le récit extrêmement humain, prenant. Là où l’auteur est encore plus habile, c’est qu’à travers ces témoignages, il en profite pour proposer un certain regard critique sur les responsabilités des uns et des autres, notamment les politiques, les militaires et les grands groupes pharmaceutiques. Dénonciation du tout-profit, du souci du paraître plutôt que de l’efficacité, de l’individualisme forcené, renversement des équilibres économiques et financiers… L’auteur explore de nombreuses voies pour donner à réfléchir.
Dans ce roman, le narrateur est le rédacteur d’un rapport pour une émanation de l’ONU après la guerre, et voyage à travers le globe pour rencontrer ses différents interlocuteurs. Ainsi, il nous permet d’avoir une vision générale du conflit, de savoir comment les choses se sont déroulées dans le monde entier, même si le récit reste tout de même centré sur l’Amérique. L’Europe est d’ailleurs quasiment absente des témoignages.
Bien que traitant de zombies (pas ma tasse de thé), ce livre propose une réflexion, critique et dénonce des comportements, des attitudes, voire des modes de pensée. Ici la guerre n’est pas un choix pour des raisons de pouvoir, de prestige ou d’intérêts financiers, c’est une nécessité de survie, mais ses conséquences sont tout aussi lourdes que les conflits précédents déclenchés par les hommes. Syndromes post-traumatiques, suicides, cannibalisme…
Bref, il s’agit d’un excellent roman, riche, à la fois divertissant et support de réflexion, que je recommande.

Le 01.08.2016

Publicités