Téméraire #7

Tome 7 : Le Trésor des Incas

de Naomi Novik, éditions Pocket, 2013, ISBN 978-2-266-23719-2, 8.30 €

L’histoire :

dragons uchronie XIXe siècleAlors qu’ils se sont installés en Australie, Laurence et Téméraire reçoivent la visite de Hammond. Laurence a été réintégré dans son grade de capitaine, et ils doivent partir en mission au Brésil, où les alliés portugais du Royaume-Uni sont en difficulté. Les Tswanas, aidés par Napoléon, ont débarqué et récupèrent les membres de leur famille qui ont été emmenés en esclavage. Si le Portugal perdait, la Grande-Bretagne se retrouverait pratiquement seule face à l’empereur. Téméraire et Laurence partent alors pour un périple qu’ils n’imaginaient pas aussi mouvementé, accompagnés de Kulingile et Iskierka.

Chronique :

Alors que j’avais trouvé le tome précédent long et lent, manquant de rythme, celui-ci m’a semblé beaucoup plus intéressant. Il ne manque pas de rebondissements, les péripéties du voyage sont nombreuses, ainsi que les découvertes. La société inca est originale dans son fonctionnement, différente de celle de Chine, tout en laissant une place à part entière aux dragons, au même titre également que les Tswanas en Afrique. Cela met d’autant plus en évidence le fait qu’il n’y a qu’en Europe que l’on asservit les dragons, qu’ils sont considérés comme des animaux, et non comme des personnes avec des droits, des titres, et vus comme des êtres pensants, doués de conscience.
J’ai beaucoup apprécié ce nouveau fonctionnement et combien il fait réfléchir autant Téméraire que Laurence. De même, la description des dragons incas rappelle leur mythologie avec le serpent à plumes, et le regard critique qu’ils portent sur les conquistadores et leurs méfaits met en lumière combien les Européens se sont comportés – et se comportent encore dans le présent du récit – comme des sauvages vis-à-vis des populations. Ils se croient supérieurs dans leur mentalité purement coloniale, sans vouloir considérer combien elle est répréhensible du point de vue humain, ne serait-ce qu’en ce qui concerne l’esclavage. Par ailleurs, les femmes prennent de l’importance, elles ne sont pas cantonnées au rôle de faire-valoir pour ces messieurs, ce qui encore une fois bouscule un certain nombre de préjugés.
Ce septième tome est donc l’occasion d’enfoncer le clou pour dénoncer les méfaits des occidentaux de tous bords, de même que le fléau de l’alcoolisme et de la drogue, même si Hammond n’a pas conscience d’être devenu accro ^^
Quant à l’intrigue et à ses enjeux politiques, elle est cohérente, complexe, et l’autrice utilise les faits historiques judicieusement pour les intégrer à son récit et l’organiser, tout en continuant à broder son uchronie. Laurence et Granby prennent du poil de la bête si l’on peut dire, Laurence n’est plus décidé à suivre aveuglément les desideratae de ses supérieurs, il préfère agir en conscience, et Granby finit par mettre les points sur les i avec Iskierka, ce qui n’est pas un mal.
Bref, ce septième volume est bien plus agréable à lire que le précédent, plus captivant, et il se termine de telle manière que l’on a envie de savoir ce qui se prépare pour la suite. 🙂

Autres titres de la série :

Tome 1 : Les dragons de Sa Majesté (chronique)
Tome 2 : Le Trône de Jade (chronique)
Tome 3 : Par les chemins de la soie (chronique)
Tome 4 : L’Empire d’ivoire (chronique)
Tome 5 :  La victoire des aigles (chronique)
Tome 6 : Langues de Serpents (chronique)
Tome 8 : Le Sang des tyrans
Tome 9 : La Ligue des Dragons : L’ultime bataille

dragons armée guerre Napoléon Angleterre conquête défense escadrille marine lien capitaine complicité dragons uchronie Chine Empire diplomatie voyage commerce politique succession usurpation manoeuvres dragons uchronie XIXe siècle Napoléon dragons uchronie XIXe siècle dragons uchronie XIXe siècle dragons uchronie XIXe siècle dragons uchronie XIXe siècle

Le 28.08.2019

 

Publicités