Sorcières associées #2

Tome 2 : L’Échiquier de jade

par Alex Evans, éditions ActuSF, 2018, ISBN 978-2-36629-881-9, 18 €

L’histoire :

Dans les mauvais quartiers de Jarta, un démon apparaît, que Padmé est amenée à combattre avec des collègues sorciers. Alors même que le mystère de son apparition n’est pas élucidé, on leur confie à Tanit et elle la mission d’expertiser puis de retrouver un échiquier de jade dérobé au palais, de démasquer une fausse médium et d’assurer la sécurité magique de la grande soirée d’accueil de la délégation yartègienne. Toutefois, les démons continuent d’apparaître et de tuer, tandis qu’une secte sanguinaire que l’on croyait disparue semble très intéressée par tous les artefacts magiques qu’elle peut trouver…

Chronique :

Comme pour le premier tome, la couverture de celui-ci est très belle, exotique, mélange d’Asie avec une pointe de Cthulhu, sans oublier le steampunk avec les engrenages. Elle résume plutôt bien l’univers dans lequel évoluent nos deux héroïnes, que l’on est heureux de retrouver dans leurs trépidantes aventures. Dans ce tome-ci, la narration à deux voix se poursuit, mais l’alternance n’est pas toujours régulière, ce qui se justifie par les événements de l’histoire. On reconnaît parfaitement qui parle, même sans regarder l’en-tête du chapitre, car aussi bien Tanit que Padmé ont leur style, leur type de langage et leur manière de considérer les choses. On s’y retrouve donc aisément.
Cette fois, les fils qui constituent l’intrigue sont plus nombreux, mais ils se tissent peu à peu pour nous dessiner le motif des enjeux de pouvoir en présence. La politique de la cité, le commerce, la religion et la diplomatie tiennent autant le haut du pavé que la magie, et il faut à nos deux sorcières beaucoup d’intelligence et de doigté pour espérer ne pas y rester ou se faire plumer.
Dans ce tome-ci, c’est le passé de Padmé qui se dévoile davantage que celui de Tanit, et la description de l’émergence de la magie, des bouleversements sociétaux qu’elle occasionne, est assez fascinant. Tout est cohérent, se tient, et on continue à découvrir cet univers riche, la société cosmopolite de Jarta, la technologie steampunk dont certains aspects ne sont pas sans rappeler ce que nous connaissons, et le parcours de divers protagonistes. On est heureux de revoir certains personnages secondaires introduits dans le premier tome, et leurs relations avec les deux associées évoluent.
Quant à l’intrigue en elle-même, on se laisse mener avec plaisir, le rythme se maintient tout au long du récit, qui se termine en apothéose avec une surprise de taille, avant la conclusion, plus calme.
Bref, on ne s’ennuie pas, le dépaysement est toujours aussi bien assuré, et Jarta a un côté exotique particulièrement plaisant. Vivement un troisième tome ! 😉

Autre titre de la série :

Tome 1 : Sorcières associées (chronique)

Nouvelle dans le même univers : Une collection d’ennuis (article)

sorcières magie steampunk vampire zombies industrie magouilles nouvelle magie contrat collection objets génie

Le 27.08.2018

 

Publicités