Naissance du tigre

de Feldrik Rivat et Jean-Baptiste Hostache, éditions Les Humanoïdes associés, 2020, ISBN 978-2-7316-2710-7, 22 €

L’histoire :

Paris, fin XIXe siècle. Sélène Fouquart, médium s’appuyant sur la science pour amplifier sa connexion avec les esprits, se tourne vers l’inspecteur Lacassagne. Un esprit vengeur, son ex-mari, veut s’en prendre à son fils et à elle. C’est un meurtrier que l’inspecteur avait arrêté de son vivant et que différents témoignages avaient fait condamner à la guillotine.
Alors que Lacassagne mène l’enquête, les morts se multiplient, tous liés à l’affaire, et l’enquêteur y semble lui-même étrangement lié. Seuls les progrès de la science, très expérimentale, paraissent à même d’expliquer ce qui se passe et de trouver une solution…

Chronique :

Ayant lu les trois romans de l’auteur dans l’univers de La 25e heure, j’avais hâte de découvrir cette BD qui reprend le personnage si marquant de Lacassagne et le Paris dans lequel il évolue. À la première lecture, je l’ai dévorée, mais il m’a fallu une nouvelle lecture pour vraiment l’apprécier en tant que telle. En effet, j’avais tellement en tête les romans qu’ils me parasitaient et que je ne pouvais m’empêcher de les comparer. Or, comme le dit Feldrik dans la postface de la BD en parlant du travail scénaristique, il faut oublier les romans ! J’avais une idée très précise de Lacassagne et sa présentation en BD n’y correspondait pas totalement, ce qui me perturbait. Après relecture donc, je peux enfin la voir pour elle-même et pour l’histoire qu’elle raconte. Il faut dire aussi que les événements se situerait plutôt antérieurement au 1e tome, ce qui peut également expliquer les écarts, par une évolution personnelle du personnage entre les deux.
Dès le début, l’entrée en matière est intrigante, avec cette médium confrontée à un esprit frappeur, qui n’est autre que son ex-mari revenu pour se venger. Lacassagne semble alors tout indiqué pour intervenir, car c’est lui qui a arrêté le criminel. Sa présentation est elle aussi faite pour piquer la curiosité, car l’inspecteur n’a rien d’ordinaire. Entre ses activités extra-professionnelles et son demi-masque, sans parler de certains détails, comme le tatouage dans son dos (chose peu courante et très connotée à l’époque), il ne peut que pousser le lecteur à s’interroger sur son histoire et son parcours. C’est un personnage charismatique, qui a de la prestance, et qui peut se montrer impressionnant.
Rapidement on se doute que quelque chose cloche, toujours grâce aux détails, et lorsque l’on comprend ce qui se passe, on se demande comment les principaux protagonistes vont faire pour s’en sortir. C’est là que les personnages secondaires montrent toute leur importance, car sans eux, rien n’évoluerait : Goron, Rozier… et j’ai souri à la mention de Bertillon, bien connu dans les romans 😉
L’intrigue déroule son fil petit à petit, on navigue entre fantastique et uchronie, et le rythme va crescendo jusqu’à la scène finale avec le tigre. Il y a du mystère, du suspense, et alors qu’il paraissait plutôt granitique, Lacassagne montre des traits de caractère sensibles lorsqu’il comprend les événements, éclairé par Goron, et cela l’humanise un peu. On constate que c’est un homme avec des principes, une conscience, tandis que l’état de son visage suppose l’expérience d’une grande souffrance. Il n’inspire pas la pitié, ce n’est pas le genre, mais l’empathie fonctionne mieux. Il devient plus accessible.
Quant au dessin et à la mise en page, ils sont bien lisibles, pas trop chargés, ce qui est très agréable. L’illustration fait pendant au texte pour donner des informations, si bien que la BD parvient à nous raconter une histoire prenante sans se montrer trop bavarde et multiplier les bulles.
Enfin, la postface de l’auteur est intéressante, car elle dévoile un peu le travail du scénario, tout comme le carnet de croquis qui se regarde avec plaisir.
Bref, il s’agit d’un bel ouvrage, qui se lit et se relit avec délectation, et qui donne envie de lui voir succéder des petits frères dans le même univers, avec l’incontournable Lacassagne bien sûr ! 😉

Pour découvrir le trailer, c’est par ici !

Dans le même univers :

Tome 1 : La 25e heure (chronique)
Tome 2 : Le Chrysanthème Noir (chronique)
Paris-Capitale (chronique)

Interview de Feldrik Rivat

enquête vol morts disparitions chrysanthème noir Paris fin XIXe siècle morts vivants anarchiste uchronie science-fiction Paris XIXe siècle inventions steampunk uchronie steampunk Paris morts enquête enlèvement

Le 25.09.2020