Lucifer Box #1

Tome 1 : Le Club Vesuvius

de Mark Gatiss, éditions Bragelonne, 2018, ISBN 978-2-8205-1968-9, 5.99 € en e-book ou ISBN 979-10-281-0439-9, 9.90 € en version papier.

L’histoire :

Lucifer Box est un dandy portraitiste, amateur de plaisirs coquins en tous genres, mais surtout agent secret de Sa Majesté. Alors qu’il vient d’achever sa dernière mission en date, une nouvelle lui échoit, suite à la disparition d’un confrère à Naples. Ce dernier avait semble-t-il découvert un complot d’envergure, mais n’ayant envoyé aucun détail, son supérieur n’en sait pas plus. Dans le même temps, plusieurs scientifiques de renom meurent mystérieusement. Lucifer est donc chargé d’élucider ce mystère, tout en se laissant séduire par le charme et les charmes de sa première élève…

Chronique :

Voici un roman au steampunk léger, dont le personnage principal est aussi sulfureux qu’hédoniste, mais avec classe s’il vous plaît ! (encore que sa manière de traiter les dames ne le soit pas forcément ^^). L’histoire se situe au début du XXe siècle, alors que les progrès technologiques et l’industrialisation battent leur plein. L’auteur nous donne à voir une société londonienne corsetée mais aux dessous décadents, où l’homosexualité a défrayé la chronique par Oscar Wilde interposé, et où la tolérance n’est pas de mise. Pour autant, cela n’empêche pas ces messieurs et ces dames de la haute société de s’amuser dans des clubs privés.
Lucifer ne dédaigne pas de s’y rendre, surtout s’il peut joindre l’utile à l’agréable ! Le personnage est libertin, se veut gentleman, mais ne l’est que lorsque cela l’arrange. Il ne manque ni d’assurance, ni d’ego, et le récit se fait par son entremise. Pour autant, il manie également l’autodérision et assume parfaitement ses mœurs « dissolues » pour son époque rigide. Toutefois, c’est un agent consciencieux et à l’aide de son réseau de connaissances, il ne tarde pas à mener l’enquête qu’on lui confie, en se déguisant si nécessaire ou en entrant par effraction s’il le faut. Les péripéties se multiplient, notamment lorsque l’un de ses amis est mis en cause dans une affaire de meurtre, et il doit jongler avec différents éléments sans perdre le fil.
La narration est plutôt agréable, l’intrigue bien construite, et les rebondissements nombreux. Les pièces du puzzle se mettent en place petit à petit, nous ménageant quelques surprises, dont la toute dernière n’est pas des moindres. Le rythme est assez trépidant, il nous tient en haleine, et à plusieurs reprises on se demande comment le personnage va pouvoir s’en sortir. Évidemment, l’auteur a toujours un tour dans son sac, et on ne s’ennuie pas une seconde.
Bref, il s’agit d’un premier tome distrayant, bien écrit et bien construit, avec lequel on passe un bon moment, et j’avoue que j’ai apprécié le steampunk proposé, original quant à la source d’énergie. À vous de voir si ce livre vous tente ! 😉

Autre titre de la série :

Tome 2 : L’Ambre du Diable

Le 17.03.2021