Les Aux’ #3

Tome 3 : Le jour des damnés

de David Gunn, éditions Bragelonne, ISBN 978-2-8205-1101-0, 9.99 € (intégrale version numérique), ISBN 978-2-3529-4362-4, 20.30 €, 3e tome en version papier.

L’histoire :

Après avoir fait libérer les parents d’Aptitude, laquelle il aurait dû exécuter, Sven s’attend à tous moments à voir débouler les tueurs du général Jaxx. Toutefois, c’est face à un autre personnage d’importance qu’il se retrouve confronté, le Loup, qui semble avoir des vues sur Aptitude, et qui lui a promis de lui offrir le cœur du fils de Jaxx dont elle est amoureuse. Alors que Sven tente de rejoindre le prétendant pour le sauver, il finit au milieu d’un coup d’état visant à détrôner Oto V. Pris dans une course contre la montre au milieu d’émeutiers et de révolutionnaires, il a fort à faire pour sauver le jeune homme, tout en respectant les volontés de l’empereur qui n’a pas dit son dernier mot…

Chronique :

Voici un troisième tome qui me laisse sur ma faim, justement par sa fin ! Pourtant tout le reste m’avait captivée, l’intrigue est solide, même si l’auteur a tendance à utiliser les mêmes ressorts narratifs que dans les tomes précédents.
L’histoire est un sac de nœuds, la course contre la montre dans la ville en pleine insurrection est palpitante, les confrontations entre les divers personnages font qu’on ne s’ennuie pas. On est content de retrouver les Aux, même si le tome débute avec Sven en solo ou presque, et les surprises que réserve Oto V valent leur pesant de cacahuètes… Cependant, la fin m’a vraiment déçue car elle ne ressemble pas à une fin et le roman s’achève sur une impression de flottement insatisfaisante. Elle donne l’impression d’avoir été écrite à la va-vite, d’être un peu balancée à la va comme je te pousse, juste parce qu’il faut bien finir. ^^
C’est dommage, car d’un point de vue général, ce tome 3 est meilleur que le précédent qui souffrait de longueurs. Cette fois, on entre assez vite dans le vif du sujet, les tenants et les aboutissants sont clairs, les motivations de Sven aussi, et le déroulé est conçu de telle manière qu’il se dévore, avec une montée en puissance qui tient en haleine.
Sven continue à prendre du galon, on comprend pourquoi Oto V l’a choisi, et ce sont les valeurs auxquelles il obéit, son respect de la parole donnée, qui le conduisent au point auquel il se retrouve.
Bref, si ce troisième tome est très bien pensé, je regrette que la fin ne soit pas plus soignée, car ce n’en est pas vraiment une.

Autres titres de la série :

Tome 1 : Le Faucheur (chronique)
Tome 2 : Offensif (chronique)

N.B. : Il existe une intégrale en version papier et en version numérique.

Le 01.03.2019