Le Paris des Merveilles #2

Tome 2 : L’Élixir d’Oubli

de Pierre Pevel, éditions Bragelonne.

L’histoire :

Le Paris des Merveilles tome 2En rendant service à son ami Falissière, Griffont se retrouve mêlé à une affaire beaucoup plus compliquée que de simples esprits frappeurs. Trouvant ses racines dans le passé du mage et de la baronne de Saint-Gil, elle oblige ces derniers à affronter un sorcier qui pourrait mettre en péril les négociations secrètes en cours pour que la paix règne enfin entre les fées et les dragons. Loin de détenir toutes les informations, Griffont et l’enchanteresse n’en mènent pas moins l’enquête, n’hésitant pas à mettre leur vie en péril pour contrer le mage noir qui sème la désolation et la mort sur son passage.

Chronique :

Ce roman est le deuxième opus du Paris des Merveilles, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il déménage ! Bien plus rythmé que le premier, celui-ci joue sur deux époques et entremêle le récit de manière à nous tenir en haleine. L’auteur nous laisse volontairement mariner en coupant à des endroits clés pour revenir sur ce qui a eu lieu dans le passé, et disons-le, ce n’est pas humain ! Même si on se doute que les héros vont s’en sortir, on ne sait pas comment et on ronge son frein en attendant d’en savoir plus.
On retrouve avec plaisir les références livresques déjà évoquées dans Les Enchantements d’Ambremer, et ce jeu avec la chronologie permet d’instiller du rythme et des scènes d’action relevées, d’autant que le clin d’œil aux Trois Mousquetaires est évident. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié la rencontre entre le chevalier de Castelgriffe et le Lys Pourpre, qui m’a remémorée les vieux films de cape et d’épée dont j’ai pu me régaler.
Mais surtout, ayant lu Les Lames du Cardinal, je ne peux m’empêcher de faire le lien et je me demande si l’écriture de ces passages à l’époque de la Régence n’ont finalement pas été le germe de cette nouvelle trilogie… Toujours est-il que les deux textes entrent en résonance d’une certaine manière, et l’on pourrait presque dire que Les Lames du Cardinal, surtout avec leur troisième tome, représentent l’illustration de ce qui aurait pu être à Paris si le dragon Jal’D’Ar avait réussi son coup. Presque, car dans cette trilogie-là, les dragons ne semblent pas connaître d’Interdit, habitent et mènent une partie du monde depuis des siècles…
Pour en revenir à L’Elixir d’Oubli, ce roman est une réussite, et pour un deuxième tome, l’auteur parvient à nous proposer une histoire encore meilleure que la première, ce qui est n’est pas négligeable étant donné que les tome 2 dans les séries sont souvent décevants. Ici, ce n’est pas le cas. L’intrigue est solide, complexe, on se fait gentiment mener par le bout du nez, et l’idée d’intercaler deux époques permet de creuser le passé des personnages sans tomber dans une narration standard qui pourrait vite devenir ennuyeuse. On découvre Griffont et Isabel sous un autre jour, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Bref, entre la qualité de la langue, de la trame et les rebondissements, je n’ai pas boudé mon plaisir !

Autres tomes de la série :
1. Les Enchantements d’Ambremer (chronique)
3. Le Royaume Immobile (chronique)

Magie fées Paris XXe siècle complot enquête art nouveau Le Paris des Merveilles tome 3

22.12.2015