Le Paris des Merveilles #1

Tome 1 : Les Enchantements d’Ambremer

de Pierre Pevel, éditions Bragelonne.

L’histoire :

Magie fées Paris XIXe siècle complot enquêteAlors que la baronne Isabel de Saint-Gil fuit la Russie avec un colonel à ses trousses, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage de son état, est contacté par le propriétaire d’un cercle de jeu qui soupçonne l’un de ses habitués d’user de magie pour tricher. Mais de fil en aiguille, l’affaire se corse, vire au drame, met la baronne sur la route de Griffont, et finit par le contraindre à renouer d’anciens liens avec une enchanteresse aussi belle qu’intelligente, pour contrer une fée noire plus que redoutable…

Chronique :

J’avais déjà lu ce livre il y a longtemps, dans son ancienne édition de poche, et je l’avais adoré. Je venais de finir la trilogie Wielstadt du même auteur, et j’étais curieuse de lire ce qu’il avait pu inventer dans un Paris début XXe où les peuples féeriques se promènent dans les rues de la capitale. Je n’avais pas été déçue et si je le relis aujourd’hui, c’est pour me rafraîchir la mémoire avant d’attaquer les tomes 2 et 3. Au passage, je craque complètement sur les couvertures réalisées par Xavier Collette pour les éditions Bragelonne. Elles sont sublimes.
Donc, beaucoup de plaisir dans cette relecture, avec le bonheur de replonger dans un univers moins sombre que la série citée plus haut, que Les Lames du Cardinal (excellentes) ou que Haut-Royaume (pas moins prenant). Il s’agit d’un roman inventif, où l’imagination a la part belle, et pour lequel Pierre Pevel m’avait confié s’être le plus investi (c’était à Bagneux en 2013), faisant de Griffont en quelque sorte un alter ego fantasmé. À ses yeux, le Paris de l’époque se prête particulièrement bien à cette uchronie avec la fée verte (l’absinthe), la fée électricité, le style art nouveau…En bref, il s’est fait plaisir, et à nous aussi du même coup !
Dans cet ouvrage, on retrouve quelques éléments récurrents tels les dragons et le maniement de l’épée, mais surtout, on se régale avec les nombreuses références. Les brigades du Tigre, Le fantôme de l’Opéra, Arsène Lupin, Lord Dunsany… Que du beau monde en somme.
Pour le récit en lui-même, on apprécie l’univers, très cohérent, le langage, les personnages stylés, bien caractérisés, et la trame qui se déroule de manière fluide, jusqu’au dénouement, sans que l’on devine le pourquoi de toute cette agitation. Car ne vous y trompez pas, il y a du rythme, de l’action, même s’ils sont dans un registre plus policé qu’avec les autres trilogies. On se laisse emporter jusqu’en OutreMonde et sa capitale, Ambremer, on s’émerveille, et on imagine.
Pour résumer, l’auteur a réussi le tour de force de nous dépayser dans un décor qui reste familier, et on rêverait d’admirer ce Paris cosmopolite, le pays des fées, tout cet univers bien pensé dont l’inventivité est un régal.

Autres tomes de la série :

2. L’Elixir d’Oubli (chronique)
3. Le Royaume Immobile (chronique)

L'Elixir d'Oubli Le Royaume Immobile

14.12.2015