Lasser, détective des dieux #5

Tome 5 : Trahison en terres celtes

de Sylvie Miller et Philippe Ward, éditions Critic, 2019, ISBN 978-2-34579-124-0, 22 €

L’histoire :

Sollicité par Gabian envers qui il est redevable, Lasser se décide à retourner en Gaule alors qu’il n’y a que des mauvais souvenirs. Là-bas, il rencontre une partie de sa famille et le Haut Conseil des druides lui confie la tâche de retrouver un druide noir pour inverser un rituel perverti. S’ils n’y parviennent pas avant les fêtes de Beltan, le printemps pourrait ne jamais revenir. Sur les traces du fugitif, Lasser, accompagné par ses amis, se retrouve confronté aux créatures locales, dont certaines sont redoutables, mais également face à des êtres de légende. Toutefois, le pire pourrait bien être les révélations sur l’histoire familiale, dont la noirceur lui est insoupçonnée…

Chronique :

Voici le dernier tome de la série, laquelle se clôt par un retour aux sources. Retournant en Gaule alors qu’il n’en a absolument pas envie, Lasser solde ses comptes avec son passé, ce qui ne va pas sans douleur. Heureusement, il peut compter sur ses amis, des alliés fidèles, et un héritage familial qu’il n’avait jamais envisagé 😉
Cette fois, son enquête prend des proportions planétaires car toutes les formes de vie à la surface de la Terre sont menacées, y compris les dieux ! Les auteurs ont choisi de nous dépeindre une Gaule que les Romains ne sont pas parvenus à conquérir, si bien que les croyances celtes sont bien vivaces, de même que les modes de vie et la culture. Pas de romanisation, de christianisation, et les druides ont évolué avec leur temps en se mettant à l’écrit, exception faite pour tout ce qui tient à l’ésotérisme.
Dans ce contexte, nos deux auteurs s’amusent avec la matière de Bretagne, puisque nous voyons intervenir un certain nombre de personnages légendaires (je vous en laisse la surprise) ;-), des lieux (Brocéliande, Avalon…), tout en glissant des références plus modernes comme Voyage au centre de la Terre ou Le monde perdu
Comme toujours, l’intrigue est soignée, retorse à souhaits, et les rebondissements nombreux, autant que les péripéties. On se laisse mener par le bout du nez avec plaisir, le livre est difficile à lâcher, et le rythme ne se relâche pas. Ce qui est également très intéressant, c’est d’observer l’évolution personnelle de Lasser, non seulement au cours de ce volume, mais aussi depuis le début de la série. On mesure ainsi le chemin parcouru, combien il s’est enrichi intérieurement, et combien la résilience a fait son œuvre. Il n’a pas cessé d’évoluer, et si le coup de pouce a été l’intervention divine d’Isis au départ, ensuite ce sont les amis qu’il s’est fait et le réseau qu’il s’est créé qui lui ont permis d’avancer, de grandir. J’ai beaucoup apprécié cet aspect positif des choses. Et si je regrette de voir les aventures de notre détective s’arrêter là, je trouve que l’ouverture sur laquelle elles s’achèvent n’est pas désagréable. Du reste, il a bien mérité un peu de repos et de répit ! 😉
Bref, j’ai adoré ce dernier tome, tout aussi original que les précédents, et s’il clôt une série que j’ai beaucoup appréciée dès ses débuts, je ne conçois aucune amertume à l’idée qu’elle soit terminée, peut-être parce que les auteurs eux-mêmes n’excluent pas de remettre Lasser au travail ultérieurement 🙂

Autres titres de la série :

Tome 1 : Un privé sur le Nil (chronique)
Tome 2 : Mariage à l’égyptienne (chronique)
Tome 3 : Mystère en Atlantide (chronique)
Tome 4 : Les arènes du temps (chronique)

Lasser un privé sur le Nil Lasser 2 Mariage à l'égyptienne Lasser tome 4 Dans les arènes du temps uchronie science-fiction détective

Le 11.09.2019

 

Publicités