La Ballade de Pern

Le vol du dragon

d’Anne McCaffrey, éditions Pocket

L’histoire :

La ballade de Pern l'intégrale IIISur la planète Pern, la menace qui a conduit à la création de l’ordre des chevaliers-dragons ne s’est pas manifestée depuis des siècles. Toutefois, à en croire les vieilles histoires, les Fils, organismes qui dévorent toute vie, vont revenir. Les dragons et leurs cavaliers doivent être prêts à les affronter, ainsi que les Forts et les Weyrs. Pour cela, ils ont besoin d’une femme de valeur pour la nouvelle Reine des dragons. Dans ce but, F’lar, chevalier du bronze Mnementh, part en quête. Il trouve Lessa, une jeune femme énergique. Mais la nouvelle Dame du Weyr n’est pas du genre à se laisser dicter sa conduite. Lorsque la situation l’exige, elle est prête à tout risquer pour honorer ses devoirs, et à tout perdre.

Chronique :

Comme La saga Vorkosigan, La Ballade de Pern n’est pas récente, mais elle n’en reste pas moins excellente.
Pourquoi commencer par L’intégrale 3 me direz-vous ? Dans l’ancienne édition, Le vol du dragon était le premier tome de la série, elle n’est pas sortie dans l’ordre chronologique que les intégrales présentent aujourd’hui.
Toujours est-il que ce roman nous entraîne dans un univers qui semble médiéval, mais qui réserve des surprises au fur et à mesure que l’on avance dans la saga. En même temps que Lessa, nous découvrons la vie dans un Weyr, la nature du lien qui unit un chevalier à son dragon, et la menace que représentent les Fils pour la planète Pern. L’empathie et la télépathie sont la clé des relations entre un cavalier et sa bête, et il s’agit d’un thème que l’auteur semble aimer traiter puisqu’il apparaît également dans la série Le vol de Pégase, aux côtés d’autres pouvoirs paranormaux. Ainsi, la téléportation fait également partie des capacités utilisées dans la série, sans pour autant verser dans un côté super héros. Les personnages sont profondément humains, avec leurs forces et leurs faiblesses, et c’est avec leurs ressources et leur ingéniosité qu’ils font face aux difficultés.
Lorsque l’on lit l’oeuvre de McCaffrey (La Ballade de Pern, Le vol de Pégase, La petite licorne, Le cycle des hommes libres, Le cycle des partenaires…), c’est ce qu’il en ressort. Une attention à la condition humaine, aux interactions entre individus, la place et le rôle des sentiments en tant que moteur et facteur d’équilibre ou non, le goût pour la liberté… Tout comme pour McMaster Bujold, l’écriture et la qualité sont régulières, en parvenant à se renouveler, et captivantes. Quand on commence, on ne lâche plus le bouquin. Vous êtes prévenus 😉

Dans le même univers :

  • La Chute des Fils
  • Les ciels de Pern
  • L’oeil du dragon

Curiosité :
Si vous avez la chance de voir d’anciennes éditions (les Pocket argentés), elles ont été illustrées par Siudmak et sont de toute beauté.

La Ballade de Pern 1La Ballade de Pern 2La Ballade de Pern 4La Ballade de Pern 5

Le 07.03.2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s