Feed #3

Tome 3 : Red flag

de Mira Grant, éditions Folio, 2015, ISBN 978-2-0704-5910-0, 10.80 €

L’histoire :

Alors que Shaun perd un peu plus pied chaque jour mais s’accroche comme il peut, une Georgia inattendue se réveille dans un laboratoire du CCPM. Rapidement, elle comprend qu’elle est toujours en terrain hostile et doit faire preuve de prudence, car ceux qui l’ont mise là ne se gêneront pas pour se débarrasser d’elle si elle ne leur donne pas satisfation. Heureusement, elle a quelques alliés dans les lieux, qui cherchent à la faire évader.
Pendant ce temps, Shaun et son équipe partent en mission pour le Dr Abbey, et pour récupérer la petite sœur d’Alaric, enfermée dans la zone de quarantaine. Le complot d’envergure qui a coûté tant de vies n’en a pas fini avec les Mason, ni eux avec lui !

Chronique :

Dernier opus de la trilogie, ce tome est extrêmement addictif et passionnant. On alterne principalement entre la vision de Shaun et celle de Georgia, tandis que les événements ne cessent de se bousculer, et que le CCPM continue de montrer combien il est gangrené.
Selon le même mode que dans les précédents volumes, chaque chapitre s’ouvre avec des extraits de blog de différents personnages, qui apportent souvent un éclairage supplémentaire. Avec ce qui s’est passé dans le tome 2, Shaun a pris le devant de la scène, assume plus ses responsabilités et le personnage a été creusé, si bien qu’il possède désormais une présence incontournable. Georgia prenait une bonne part de la lumière dans le tome 1, laissait la place à Shaun dans le 2, mais ici, l’un comme l’autre se montre déterminant et les choses s’équilibrent.
Les agents doubles sont nombreux dans cette conspiration, la plupart du côté des Mason, et rien ne serait possible sans eux. Nous découvrons donc une galerie de nouveaux personnages secondaires, et nous en retrouvons quelques anciens, tandis que tout se précipite vers le dénouement. L’action est intense du côté de Shaun, on peine à reprendre son souffle, tandis que le suspense est plus mental pour Georgia, car elle n’a que peu de marge de manœuvre, sans parler d’un problème d’identité. Toute la construction est ciselée, les ressorts du récit sont nombreux et bien employés, alors que la montée en puissance se fait graduellement.
Bref, ce dernier tome est excellent, et difficile à lâcher. L’autrice nous a dressé un univers à faire froid dans le dos, l’occasion de critiquer beaucoup d’aspects de notre société actuelle ou de notre rapport à l’information, tout en nous livrant un récit extrêmement divertissant. Du solide !

Autres titres de la série :

1. Feed (chronique)
2. Deadline (chronique)

Le 20.11.2019