Bestiarius #2

Tome 2

de Masasumi Kakizaki, éditions Kazé, 2015, ISBN 978-2-82032-188-6, 6.99 €.

L’histoire :

Bestiarius 2Arthur et ses amis, Elaine, Pan et Galahad habitent un petit village d’Albion où les hommes et les créatures vivent ensemble, en paix. Un jour, des soldats romains attaquent la population. Pour protéger Arthur, Elaine se laisse capturer et il se jure de venir la délivrer. En attendant, avec ses deux autres amis, ils doivent s’abriter. Ils se réfugient dans une grotte où les Romains n’osent pas aller et découvrent un guerrier avec une wyverne. Ceux-ci vont finalement les former pour leur donner une chance de résister aux Romains lorsqu’ils iront chercher Elaine…

Chronique :

Avec ce deuxième tome, l’auteur nous renvoie à la matière de Bretagne, puisqu’il donne à ses personnages des noms comme Arthur et Galahad. Impossible de ne pas penser aux Chevaliers de la Table Ronde, un choix qui vient renforcer celui du tome 1 où l’on voyait la wyverne amie de Finn nommée Durandal, une inspiration clairement médiévale. Dans le genre symbolique, on ne peut pas faire mieux, puisque Durandal est le nom de l’épée de Roland dans La Chanson de Roland, réputée incassable. Du coup, c’est un peu nous dire que cette wyverne n’est pas quelqu’un que l’on brise…
Toujours est-il que nous retrouvons dans ce tome-ci les deux héros qui ouvraient le précédent, Finn et Durandal, et qu’ils vont former les trois enfants, semant les graines de la résistance. De son côté, le personnage d’Elaine fait preuve d’un caractère bien trempé et n’a rien d’une demoiselle en détresse. C’est d’ailleurs ce qui corse l’histoire à la fin du tome. Elle a survécu, mais à quel prix ?
Comme dans le premier tome, on retrouve les valeurs de courage, de loyauté, de détermination et de dignité, en revanche le vivre ensemble et l’amitié y sont plus représentés. Le village d’Arthur et ses compagnons est un exemple de mixité et d’harmonie, tout comme le groupe qu’il forme avec ses amis. Bref, l’auteur ne quitte pas sa ligne directrice et l’Empire romain reste la représentation de l’intolérance, du racisme, de la cruauté et de l’esclavagisme. Vivement le troisième tome pour savoir comment évolue la situation !

Autre titre de la série :

Tome 1 (chronique)
Tome 3 (chronique)
Tome 4 (chronique)

bestiarius 1 Rome résistance gladiateurs amitié liberté combats persévérance guerriers Rome uchronie armée guerre empereur vengeance protection sacrifice amour devoir honneur

24.11.2015