Voyage aux ombres

Scénario de Christophe Arleston et Audrey Alwett, illustrations de Virginie Augustin et couleurs de Yoann Guillo, éditions Soleil.

L’histoire :

émancipation femme théâtre rêve mort amitiéDans l’univers de Troy, mais bien loin d’Eckmül, une jeune fille rêve de faire du théâtre. Malheureusement, la chose est considérée comme dégradante là où elle vit et pour la museler, on la marie de force à un jeune homme riche. Pour lui échapper la nuit de ses noces, elle meurt. Commence alors une aventure au pays des ombres pour réaliser son rêve d’actrice, tandis que son époux s’aventure vivant dans le monde des morts pour la ramener.

Chronique :

Bien que se déroulant dans l’univers de Troy, cette BD peut parfaitement se lire indépendamment, sans connaître les séries Lanfeust ouTrolls de Troy. Avec des traits et des coutumes qui rappellent les pays asiatiques, les auteurs nous livrent les aventures d’une jeune fille qui rêve d’émancipation et d’indépendance. Pour échapper à un destin qu’on lui impose, elle est prête à tout, ce qui la conduit dans le royaume des morts, où, contre toute attente, elle va se faire un ami en la personne de Zebl, un petit démon.
Volontaire et d’un caractère affirmé, la jeune fille refuse les codes et les convenances qu’on veut lui imposer, prend sa vie (ou plutôt sa mort) en main, et remet son suffisant de mari en place. C’est un personnage attachant, déterminé, et qui n’en finit pas de devoir surmonter les embûches du chemin.
Quant à son époux, lorsqu’il se décide enfin à cesser de plastronner, il révèle une facette inattendue de sa personnalité. Bref, les personnages sont sympathiques, notamment Zebl, et l’humour n’est pas absent, loin de là, avec de nombreux clins d’œil et références. On retrouve ce qui a fait le succès de Lanfeust et malgré un sujet grave en apparence, l’histoire n’est pas si sombre qu’on pourrait le croire. Les auteurs convoquent tout le bestiaire fantastique communément admis : vampires, momie, zombies, fantômes, démons, qui sont un prétexte à la dérision, tout en abordant de nombreux thèmes. Émancipation, amitié, sacrifice, rédemption… Une BD agréable, qui se lit bien, que l’on n’a pas envie d’arrêter une fois commencée.

14.01.2015