Trollhunters

de Guillermo del Toro et Daniel Kraus, éditions Bayard, 2016 ISBN 978-2-7470-5852-0, 15.90 €

L’histoire :

Jim Sturges junior a grandi dans l’ombre de son oncle, Jack, à la disparition mystérieuse, et dont son père ne s’est jamais remis. La maison est sécurisée au plus haut point et il doit toujours rentrer avant la nuit. Au lycée, avec son ami Toby, il fait partie des souffre-douleurs de Steve, la star des joueurs de foot, qui rackette de nombreux élèves. Une nuit, alors qu’il perçoit des bruits inhabituels dans la maison, Jim est enlevé par des trolls. Il découvre alors un monde qu’il ne soupçonnait pas, dont certains membres menacent le sien, et qui lui confirme que son père n’a pas sombré dans la folie. Face à ces changements, Jim va devoir s’adapter, et vite, car une grande menace risque de ressurgir, dont les enfants seront les premières victimes…

Chronique :

Voici un roman pour adolescents plein de suspense, d’humour, et solidement construit. Après un court prologue, il se découpe en quatre parties, lesquelles voient monter la tension dramatique crescendo, ajoutant peu à peu des pierres à l’édifice. Le récit joue sur les effets de surprise, sur ce à quoi le lecteur s’attend pour mieux le retourner, et la description du monde troll ne manque pas d’imagination. Ils ont leur propre société, leur histoire et leurs traditions, et certains personnages que l’on apprend à connaître sont attachants. Blinky, en particulier, prend au dépourvu et bénéficie d’une vraie personnalité.
Ce roman peut être qualifié d’initiatique, dans le sens où les jeunes héros passent par diverses épreuves qui les aguerrissent et les poussent à mûrir, à évoluer, au point de gagner en confiance en eux et de changer le regard que les autres portent sur eux. Bien sûr, les événements de la dernière partie, spectaculaires, n’y sont pas étrangers, tandis que Jim et Toby font face à une situation qui les dépasse. Comme souvent pour des adolescents aux États-Unis, le lycée est présenté comme un enfer, dans lequel les autres élèves (certains du moins) et les professeurs font office de bourreaux. Se heurte à cela l’urgence d’une crise qui fait passer les notes et la vie sociale au second plan, tout en devant impérativement êtres tenues puisque la situation doit rester secrète. Les héros se retrouvent donc tiraillés, et doivent finalement faire les choix dont ils auront à assumer les conséquences…
Bref, ce roman jeunesse se lit très facilement. Il est agréable, divertissant, plein de suspense et d’action, sans oublier les émotions, et le tout est bien dosé. On reconnaît l’imagination dont peut faire preuve Guillermo del Toro, et si la tension dramatique est là, l’humour n’est jamais loin pour alléger un peu l’atmosphère. 🙂

Le 29.09.2018

Publicités