Soleri #1

Tome 1 : L’Empire des Soleri

de Michaël Johnston, éditions Bragelonne, 2018, ISBN 979-10-281-0523-5, 25 €.

L’histoire :

Otage depuis l’âge de 3 ans, Ren vit au Prieuré en compagnie d’autres fils de rois, guère mieux traités que lui. Seule la mort de son père pourra le libérer, car alors il sera renvoyé dans son royaume pour monter sur le trône. Chez lui, sa sœur Merit dirige le royaume en l’absence de son père, parti chasser, tandis que sa cadette combat dans l’arène et refuse qu’on vienne entraver sa liberté retrouvée après un mariage désastreux. C’est sans compter avec son aînée, qui a pris goût au pouvoir, et qui entend l’utiliser pour parvenir à ses fins.
Quand Ren est libéré, contre toute attente, différentes forces se mettent en branle, avec pour enjeu le pouvoir, sans qu’aucun n’ait conscience que leur survie à tous est menacée…

Chronique :

J’ai découvert ce roman grâce à mon libraire, et je ne regrette pas de l’avoir lu ! Dès les premières pages, le récit nous accroche et on suit les différents personnages qui nous sont présentés, pour la plupart issus de la même famille, celle des rois et reines d’Harkania. Il y a Ren, fils du roi et otage de l’empereur, Merit, fille aînée qui assume la régence sans en avoir le titre, Kepina, qui préfère ferrailler après avoir vécu un mariage forcé épouvantable, Arko, le roi d’Harkania et Sarra, la Mère prêtresse, son épouse, partie lorsque Ren a été envoyé au Prieuré comme otage. Ce ne sont pas les seuls protagonistes de l’histoire, toutefois tout tourne autour d’eux et nous les suivons alternativement, tandis qu’ils se débattent dans les méandres de machinations…ou qu’ils en fomentent ! Certains sont sympathiques, on a envie de les suivre et qu’ils réussissent, tandis que d’autres nous apparaissent nocifs et on préfèrerait qu’ils ne parviennent pas à leurs fins.
J’ai apprécié dans ce roman le découpage des chapitres, assez courts pour se dire :  » il n’est pas long, je peux encore en lire un  » 🙂 L’alternance est bien maîtrisée, tout comme le rythme, et on sent la montée en puissance au fur et à mesure que les choses avancent, tout comme la complexité de la situation qui n’est pas aussi limpide qu’elle le paraît au premier abord. Chacun a ses secrets, en particulier ceux qui ont le pouvoir, et alors qu’ils intriguent pour leur propre compte, ils ne voient pas combien ils sont peu de choses et combien cela a toutes les chances d’être vain.
La politique, les manipulations et les jeux de pouvoir m’ont fait penser à Game of Thrones, et je ne serais pas étonnée que l’auteur nous réserve encore un certain nombre de surprises, surtout quand on considère la fin de ce premier tome.
En outre, la magie est subtile, discrète, si bien que les personnages doivent surtout à eux-mêmes et à leurs choix l’évolution de leur situation.
Bref, voici une saga qui promet d’être passionnante, le premier volume l’était, et j’ai hâte de découvrir la suite pour retrouver notamment Ren, Kepina et Noll, et voir comment les choses évoluent 🙂

Le 19.08.2019