Nekropolis

Matthew Richter, détective privé zombie

Tome 1

de Tim Waggoner, éditions Éclipse

L’histoire :

NekropolisDepuis deux ans, Matthew Richter habite Nekropolis où il est devenu zombie. Pas n’importe quel zombie, il est unique en son genre. Doué de réflexion et de conscience, indépendant, il est le seul de son espèce à ne pas avoir de maître et à penser par lui-même. Ancien flic, il joue les détectives privés pour payer les sorts de préservation dont il a besoin. Quand Devona, fille d’un des seigneurs noirs de la ville, vient lui confier une affaire, il décide de l’aider. Qui sait si son père ne pourrait pas sauver sa non-vie mise en sursis ?

Chronique :

Voici un roman que j’ai pris par curiosité à la bibliothèque, et j’avoue avoir été agréablement surprise. Pourquoi me direz-vous ?
Premièrement, l’auteur ici nous entraîne dans une véritable enquête qui n’est pas qu’un prétexte à des scènes d’action ébouriffantes, au détriment de l’intrigue (je n’ai rien contre ces scènes, mais parfois elles étouffent le récit plus qu’autre chose). Richter mène véritablement l’enquête, suit ses différentes pistes et les indices qu’il récolte, va à la pêche aux informations, bref, c’est un privé pur jus. Il en découle des rencontres avec toute la faune particulière qui constitue ses indics, et nous permet de découvrir les différents dominions de la ville qu’est Nekropolis, tout comme son fonctionnement (hiérarchie, influences…).
Deuxièmement, l’inventivité de l’auteur est à souligner. Il a créé un monde fantasmagorique assez hallucinant, plutôt glauque, avec ses propres règles, sa géographie, son histoire…et il tient la route. Cet univers est cohérent, bien décrit sans en faire trop, et nous le visitons petit à petit au fil de l’enquête, d’un bout à l’autre, un peu comme des touristes… ou des passagers clandestins.
Troisièmement, l’originalité du monde créé par Tim Waggoner se retrouve également dans les différents personnages, leurs aptitudes ou caractéristiques. Il fallait oser créer un héros qui soit un zombie, rien de très glamour ou sexy, avec les inconvénients inhérents à son état (lenteur des réflexes, absence de goût, d’odorat, toucher amoindri…). L’auteur a su en tirer parti, en joue pour instiller des touches d’humour, et parvient même à y trouver des avantages. Du coup, son personnage n’est semblable à nul autre. Autre plaisir, les références livresques ou cinématographiques sous-jacentes.
En conclusion, Nekropolis est un bon moment de lecture, divertissant à souhait et en même temps solide dans sa conception. Dommage qu’il ait été retiré du catalogue et qu’il soit impossible de trouver la suite.

16.09.2015

Publicités