MortiCian #2

Tome 2

de VanRah, éditions Glénat, 2020, ISBN 978-2-3440-3433-0, 7.60 €

L’histoire :

Alors que l’une des plus hautes tours d’Ishtar vient de s’effondrer suite à l’attaque de Chihiro, les secours se mettent à l’œuvre, sous l’œil des caméras qui retransmettent les images en direct. Malheureusement, alors qu’ils sont les plus nombreuses victimes, les Karats ne sont pas traités de la même manière que les humains. À l’hôpital, la nouvelle directrice, Kanno, pousse Kazuhiro à prendre la responsabilité des urgences afin que les Karats puissent être soignés de la même manière que les autres. Sur place, Senri vient en aide à des blessés et rend compte de la situation à Kazuhiro. De leur côté, Iruu et Miru, miraculeusement épargnés, sont auprès d’Ekuri affaibli, mais conscient que Chihiro va vouloir finir le travail…

Chronique :

D’entrée de jeu, ce deuxième tome rappelle les heures sombres du 11 septembre. Toutefois, ici la catastrophe a encore plus d’ampleur, et s’y ajoute une discrimination mortelle vis-à-vis des Karats. Considérés comme inférieurs aux humains, voire comme des animaux, les secours ne les traitent pas comme des personnes en détresse et les font passer en second. Dans ce chaos, les survivants ne peuvent compter que sur les rares bonnes volontés, ce dont Senri s’aperçoit rapidement.
Dans ce volume, l’action et l’attention du lecteur se partagent entre la partie sauvetage à laquelle prennent part Senri, Kazuhiro et les Katakaris, et la partie dédiée à Iruu, Miru et Ekuri.
Avec ce tome, les répercussions de la discrimination des Karats au quotidien, et dans les corps de métier, sautent à la figure. Ils sont évincés des professions valorisantes, ne peuvent soigner ou porter secours, si bien qu’au moment où eux-mêmes en ont besoin, il n’y a personne pour les prendre en considération. Heureusement, des réfractaires comme Senri, Kazuhiro et Kanno font tout pour changer les choses. À la lumière de la série Stray dog, on sait qu’ils vont provoquer une évolution, mais nous sommes ici en plein dans ses débuts, sa mise en place, et rien n’est gagné.
Par l’entremise de la discussion entre Kanno et Kazuhiro, nous en apprenons plus sur ce dernier et sur les frasques de Senri, lesquelles apportent une note de légèreté dans une situation grave et tendue. Senri nous en apprend plus sur les cinere. Quant à l’autre groupe que l’on suit, il dévoile à la fois le passé d’Iruu, mais apporte également des explications sur les loups écarlates. Dans le même temps, nous voyons le pouvoir de Miru à l’œuvre, laquelle n’est pas à la fête entre deux Karats plutôt remontés et au caractère pas forcément très…aimable !
Au niveau du découpage, le manga se montre toujours aussi lisible et dynamique, tandis que les bulles dans les dialogues ne sont pas de la même couleur, ce qui permet plus facilement de savoir qui parle et de s’y retrouver.
Bref, j’ai dévoré ce tome, et comme toujours l’autrice se montre attentive à la lisibilité de sa mise en page, tandis que l’on se régale aussi bien avec l’histoire qu’avec les dessins 🙂 En plus, on termine sur une scène qui promet et qui est faite pour nous faire mourir d’impatience jusqu’au prochain tome !

Autre titre de la série :

Tome 1 (chronique)

Et dans le même univers, mais postérieure chronologiquement à cette série, la série Stray dog, de la même autrice.

Tome 1 (chronique)
Tome 2 (chronique)
Tome 3 (chronique)
Tome 4 (chronique)
Tome 5 (chronique)

Stray Dog tome 1 lycans loup-garou Gévaudan police créatures maître pouvoirs domination protection loup-garou monstres tueur en série alpha brigade protection magie

Le 04.09.2020