Monstress #2

Tome 2 : La quête

de Marjorie Liu et Sana Takeda, éditions Delcourt, 2017, ISBN 978-2-7560-9177-8, 16.50 €

L’histoire :

Maïka suit les traces du passé de sa mère pour tenter de comprendre comment un dieu a pu se retrouver hébergé dans son corps. Plus que jamais, elle est décidée à s’en débarrasser, d’autant qu’il s’est nourri d’elle et cherche sans cesse à tuer. Sa quête la mène sur l’île des Os, un endroit redoutable où seul son parrain pirate, un Arcanique à visage de tigre, est assez audacieux pour accepter de l’y envoyer. Sur un navire à l’équipage haut en couleurs, Maïka se risque en haute mer, accompagnée de Kippa et de maître Ren, tandis que certains la pistent, que d’autres cherchent à la tuer, et que d’autres encore désirent absolument la rencontrer. Toutefois, elle n’est pas la seule à fouiller ses souvenirs dans cette histoire, et les révélations ne concernent pas qu’elle…

Chronique :

Avec ce deuxième tome, nous suivons cette fois Maïka sur les mers. Elle retourne sur les traces de sa mère pour tenter de comprendre ce qui lui arrive, et si son hôte la sauve, elle ne l’en apprécie pas plus pour autant. Sans cesse affamé, il ne cherche qu’à dévorer ceux qui l’entourent. Au fil de sa quête, la jeune fille découvre que sa mère a voulu ce qui lui arrive, et qu’elle descend directement du l’impératrice shaman, précédente hôte de Zinn. Cela ne l’aide pas pour autant, tandis que sa tante à la cour de l’aube découvre certaines choses qui lui ont été cachées, et que l’impératrice des mers semble curieusement beaucoup insister pour la rencontrer. Malheureusement, Zinn est insatiable et pourrait bien lui valoir une inimitié farouche…
J’apprécie toujours autant le coup de crayon vraiment magique de cette série, et j’ai beaucoup aimé les membres d’équipage du Joyeux pillard, notamment Vieille dent qui fait une entrée en scène inattendue 🙂 Le mélange de cultures est toujours aussi marqué, empruntant à l’occident comme à l’orient, que ce soit pour les créatures ou pour le passeur par exemple, qui n’est pas sans évoquer Charon. Le récit oscille sans arrêt entre les souvenirs de Zinn, de Maïka et l’action en temps réel. Il y a une sorte d’aller et retour entre le monde intérieur et l’extérieur, ce qui donne un rythme particulier au récit. Il est ainsi riche, complexe et loin de tout révéler.
Bref, la qualité ne baisse pas avec ce deuxième volume, et je l’ai tout autant apprécié que le premier. À mon avis, je les relirai sûrement l’un à la suite de l’autre, car on ne saisit pas tout à la première lecture tant il y a à découvrir. Une excellente série ! 🙂

Pour feuilleter quelques pages du tome, c’est par ici !

Autres titres de la série :

Tome 1 : L’éveil (chronique)
Tome 3 : Erreur fatale

Le 15.05.2019

 

 

Publicités