Monstress #1

Tome 1 : L’éveil

de Marjorie Liu et Sana Takeda, éditions Delcourt, 2017, ISBN 978-2-7560-8680-4, 19.99 €

L’histoire :

Adolescente en quête de réponses, Maïka est vendue comme esclave aux Cumaea, des sorcières qui utilisent des Arcaniques pour récolter du pouvoir. Cela passe par la mutilation et la torture, et Maïka n’est pas la seule à se retrouver dans leurs cachots, cédée en même temps que des enfants aux particularités intéressantes pour ces femmes, devenues une puissance politique non négligeable.
Rapidement, Maïka devient l’objet de toutes les convoitises, car elle renferme désormais en elle une créature ancienne, puissante, un monstre dont elle ignore tout, mais dont la faim peut provoquer des ravages. S’ils veulent survivre l’un comme l’autre, ils vont devoir apprendre à coopérer…

Chronique :

Ce premier volume me tentait depuis sa parution, et j’ai finalement craqué.
Magnifique visuellement, agréable à feuilleter, il se double d’un scénario solide et intrigant, dans lequel nous suivons la jeune Maïka. Cette dernière mène une quête à haut risque, consciente d’abriter en elle ce qu’elle considère comme un monstre, mais dont elle ne parvient pas vraiment à contrôler les manifestations. La compréhension du phénomène et la vérité sont ce qu’elle recherche, mais rapidement les quelques réponses qu’elle obtient orientent son questionnement vers son passé, sa mère, et les activités de cette dernière.
Les Cumaea ne sont pas étrangères à l’affaire, tandis que le monde se relève péniblement d’une guerre qui a opposé les humains aux Arcaniques, des êtres liés au surnaturel. Maïka renferme en elle une menace pour la suprématie des sorcières, et est convoitée pour un objet qu’elle a dérobé autant que pour le pouvoir que l’on pourrait tirer d’elle.
L’univers qui nous est décrit prend forme petit à petit, nourri par les mythes et légendes aussi bien occidentaux qu’orientaux, le tout avec finesse et délicatesse. Licornes, chat à plusieurs queues, personnages qui rappellent les dieux égyptiens, Cours que l’on pourrait presque qualifier de féeriques… Les occurrences sont nombreuses, disséminées dans le récit, et sont un objet d’émerveillement au fil des pages et des illustrations. Elles se mêlent avec intelligence, de sorte que rien ne semble télescopé ou incohérent.
Bref, voici une BD qui est un ravissement, d’autant plus agréable que le tome est épais et ne se finit pas en quelques minutes. Une seconde lecture permet même de découvrir des détails que l’on n’a pas forcément remarqués lors de sa découverte. Nul doute que je lirai la suite !

Autres titres de la série :

Tome 2 : La quête (chronique)
Tome 3 : Erreur fatale

Le 06.12.2018