Magical London

de Jérôme Patalano, éditions Alter Real, 2020, ISBN 978-2-3781-2269-0, 5.99 € en e-book ou ISBN 978-2-3781-2270-6, 17.90 € en version papier.

L’histoire :

À Notting Hill, Carl tient la librairie qu’il a héritée de ses parents, mais les jours de la boutique sont comptés. En effet, une banque a racheté les bâtiments voisins et a prévu de tout raser le 24 décembre, quoi qu’il arrive. Si Carl fait de la résistance en refusant de vendre, il sait très bien qu’au final, le combat est perdu d’avance. Toutefois, il ignore qu’une bouche des Enfers se trouve sous la librairie, ce qui suscite l’intérêt d’un agent démoniaque, tandis qu’un agent céleste fait tout son possible pour l’aider. Chacun active ses réseaux, tandis que l’amour met son grain de sel, ainsi qu’une puissance à laquelle personne ne pense…

Chronique :

J’étais curieuse de ce roman de Noël, et ayant envie de légèreté avec l’ambiance actuelle, je me suis laissé tenter. J’ai passé un agréable moment avec ce livre, en particulier avec les deux personnages d’Archibald et Perla. Cette organisation avec deux camps, l’un céleste et l’autre infernal, m’a fait repenser au roman de Neil Gaiman et Terry Pratchett, De bons présages, avec Aziraphale et Rampa, envoyés sur Terre pour faire advenir la prophétie.
Ici, Archibald et Perla n’ont pas tout à fait les mêmes relations, puisque leurs rencontres font tout boguer, et leurs buts sont opposés. Le premier veut avant tout éviter un drame humain, tandis que la seconde cherche à rouvrir la bouche des Enfers. Tous deux en revanche ne souhaitent qu’une chose, en finir brillamment avec cette dernière mission, qui leur permettra d’accéder à une retraite bien méritée.
Si l’un comme l’autre tirent les ficelles pour influencer les événements, un certain nombre de personnages secondaires ne sont pas négligeables. La jeune journaliste et sa petite amie avocate, la banquière sous les ordres de Perla, le directeur du journal et son journaliste officieux…sans oublier les personnages plus connus que l’auteur n’hésite pas à faire intervenir, tels Marc Lévy et Taylor Swift.
Au fil des initiatives des uns et des autres, l’intrigue rebondit, le suspense s’en trouve maintenu, et si on comprend avant les révélations finales ce qui se cache vraiment derrière l’histoire de Carl, on passe un excellent moment en compagnie de tout ce petit monde.
Bref, c’est un roman agréable, positif, idéal pour se changer les idées.

Le 20.11.2020