Les sentiers des astres #1

Tome 1 : Manesh

de Stefan Platteau, éditions J’ai lu, 2016, ISBN 978-2-290-12795-7, 9.90 €

L’histoire :

fantasy exploration quête périple religions légendes géants ennemis guerreNaufragé sur un fagot de branches, les poings liés et les jambes brisées, Manesh est recueilli par la compagnie du capitaine Rana, en quête du Roi-Diseur, un oracle ancien, sur le dieu fleuve Framar. Soupçonnant quelque secret d’importance pour le bon déroulement de leur périple, le capitaine charge Fintan, barde, de l’interroger et de découvrir ce qui lui est arrivé, quels ennemis il a rencontré dans ces forêts du nord mal connues.
Peu à peu, le rescapé livre un récit fascinant, mêlant êtres de légendes et quête des origines, finalement rattrapé par la guerre…

Chronique :

Avec ce roman, premier tome d’une trilogie, on retrouve le souffle des récits épiques et des légendes, des périples au long cours auxquels se mêlent les créatures fabuleuses, merveilleuses ou néfastes. Dans un mélange de diverses mythologies, nordique, hindoue, hellénique… l’auteur nous propose un univers dans lequel rien ne se fait sans considération pour le divin, où la magie s’exprime à travers les prières, l’ascèse et plus rarement des formules antiques.
Les hommes sont en quête de fabuleux, d’un espoir face à une guerre qui promet de faire sombrer le royaume dans la dévastation, tandis que les légendes vivantes traversent les terres des hommes à grandes enjambées en ne laissant dans leur sillage que des lueurs de feu et quelques empreintes révélatrices.
On s’immerge sans difficulté dans ce monde à la fois autre et familier, on se laisse prendre par la narration qui alterne entre la parole du barde, Fintan, et celle de Manesh, le rescapé. Le récit le plus exceptionnel est d’emblée du côté de ce dernier, mais peu à peu, l’étrangeté et les manifestations féeriques gagnent celui de Fintan au fur et à mesure que les deux trames se rapprochent. Lorsqu’elles se nouent finalement, l’horreur fait également son apparition et nous nous retrouvons tenus en haleine. La fin en particulier nous laisse suspendus, partagés entre espoir d’un miracle et frustration de ne pas connaître la suite immédiatement.
Bref, il s’agit d’un roman très bien écrit, immersif mais qui ne se dévore pas. Au contraire, il est à savourer, il vaut mieux prendre son temps pour digérer son contenu, car il est riche et chemine sur un rythme bien moins effréné que celui de nos vies modernes. Un tome qui donne irrésistiblement envie de se pencher sur la suite, parcouru par un souffle définitivement épique 🙂

Autres titres de la série :

Tome 2 : Shakti
Tome 3 :Meijo

Dans le même univers : Dévoreur

 

Le 02.04.2018

Publicités