Les Maîtres inquisiteurs #1

Tome 1 : Obeyron

par Olivier Peru, Pierre-Denis Goux, Digikore Studios, Benoît Dellac et Jean-Luc Istin, éditions Soleil, 2015, ISBN 978-2-302-04519-4, 14.95 €

L’histoire :

magie piège meurtres vengeance justice manigances manipulation corruption Obeyron est un Maître inquisiteur que tout le monde croît mort, à plus forte raison ceux qui l’ont piégé pour se débarrasser de lui. Intransigeant, rigide et violent, il s’est fait de nombreux ennemis par ses méthodes expéditives, malgré sa droiture. Revenu chercher vengeance, il écume la ville pour récolter des informations et remonter la piste des responsables de la mort de son ami elfe, Jaren. Aidé de sa magie et d’un ami de longue date, il commence à démêler l’écheveau des manigances de ses ennemis, constatant au passage que la corruption a donné des passe-droits à ceux qu’il avait châtié jadis…

Chronique :

Voici une série qui me tentait depuis un bout de temps et pour laquelle je me suis décidée à franchir le pas. Ce premier tome ne me le fait pas regretter, car l’histoire est bien construite, alternant entre le présent et les souvenirs, qui se distinguent par des teintes plutôt sépia. L’univers et l’Ordre des Maîtres inquisiteurs nous est campé dans la double page de présentation au début du volume, si bien que nous pouvons ensuite entrer dans le vif du sujet sans difficulté. En revanche, la typographie de cette double page est vraiment petite et j’ai peiné à la lire.
Ce premier tome nous propose un héros assez peu sympathique, toutefois on prend rapidement fait et cause pour lui, car si ses méthodes peuvent paraître excessives, il n’abuse jamais de son pouvoir sur de plus faibles que lui. Profondément investi dans sa mission, Obeyron ne transige pas avec ses valeurs, avec la justice, et ne se prive pas d’agir en conséquence, ce qui lui a valu les déboires que l’on découvre petit à petit. Plus que par vengeance pour lui-même, il vient pour son ami Jaren, assassiné avec toute sa famille. Sa réputation étant faite, ceux qui ont voulu sa mort peuvent trembler tandis qu’il remonte la piste…
L’originalité de ce tome est que la magie n’est pas celle à laquelle nous sommes habitués dans les livres de fantasy. Ce n’est pas un son et lumière, le pouvoir d’Obeyron est très particulier et j’avoue avoir été un peu déroutée au début. L’épée du Juste est intéressante par ses capacités (que je vous laisse découvrir), tandis qu’on suppose découvrir les autres attributs particuliers des inquisiteurs dans les autres tomes. D’ailleurs, celui-ci se termine sur une ouverture. Il introduit le prochain personnage, Sasmaël, ainsi que l’affaire à laquelle il est confronté. De quoi alimenter la curiosité et le suspense.
Bref, ce premier tome place le décor, impose un personnage fort, sans compromission, pour démarrer une série qui compte déjà de nombreux tomes. Je suis curieuse de lire la suite et de découvrir comment se poursuit l’histoire… Du reste, il fallait oser utiliser un terme aussi connoté négativement que « inquisiteur » pour tenter d’en faire quelque chose de plus positif …ou pas ! 🙂

Autres titres de la série :

Tome 2 : Sasmaël (chronique)
Tome 3 : Nikolaï
Tome 4 : Mihaël
Tome 5 : Aronn
Tome 6 : À la lumière du chaos
Tome 7 : Orlias
Tome 8 : Synillia
Tome 9 : Bakaël
Tome 10 : Habner
Tome 11 : Zakariel
Tome 12 : De l’obscurantisme

Le 08.11.2018

Publicités