Les loups chantants

par Aurélie Wellenstein, éditions Pocket, 2018, ISBN 978-2-266-27313-8, 7.50 €

L’histoire :

Alors qu’Asya, son grand amour, est partie dans le Blizzard rejoindre les Loups, Yuri ne parvient pas à faire son deuil. Obsédé par Asya, il doit bientôt se rendre à l’évidence : il risque maintenant de perdre sa sœur, Kira, frappée par une étrange malédiction. Bannie du village en plein Hiver, elle ne peut le dissuader de l’accompagner, tandis que leur amie Anastasia s’invite dans leur périple pour tenter de rejoindre la capitale. La jeune femme, infirmière, est persuadée qu’il s’agit d’une maladie et non de magie, qu’elle est curable, à condition d’arriver à temps en ville. S’engage alors une course contre la montre dans le grand froid, semée de dangers, dont les Loups ne sont pas les moindres…

Chronique :

Voici un roman de fantasy fait pour vous plonger dans les étendues glacées, qu’on imagine plus ou moins sibériennes, en plein hiver et avec le chant des loups aux oreilles. On suit les pérégrinations de Kira, Yuri, Anastasia et leurs chiens, qui doivent rallier Oksana, la capitale, avant que Kira ne soit changée en statue de glace. Toutefois, en plus du Blizzard, de l’Hiver et des dangers du grand froid, ils doivent composer avec divers périls magiques, tout en s’adaptant sans cesse aux changements imposés par une nature dangereuse et souveraine.
En ce qui concerne les personnages, j’avoue que si je comprends Yuri qui n’arrive pas à faire son deuil, son côté obsessionnel finit par devenir lassant. Tout tourne sans arrêt autour d’Asya, alors que sa sœur est en grand danger et lutte autant qu’elle peut. Il ne voit pas non plus les motivations d’Anastasia, qui crèvent pourtant les yeux, aveuglé qu’il est par son chagrin et une forme de pulsion de mort. Par moment, on aurait envie de le secouer, et Anastasia ne se gêne pas pour le lui faire remarquer. Des trois, elle est peut-être finalement la plus forte, car si elle ne possède aucun pouvoir, elle est dotée d’une volonté à toute épreuve et a choisi de prendre sa vie en main depuis longtemps. C’est une jeune femme qui refuse le carcan des traditions, qui a tout fait pour s’émanciper, et qui entend bien faire ses propres choix plutôt que de se laisser imposer ceux des autres.
Si les protagonistes sont bien définis dans leur personnalité, j’ai trouvé le roman un peu long à démarrer. Paradoxalement, alors que le trio se retrouve assez vite dans la tempête, l’obsession de Yuri m’a donné l’impression que l’on tournait en rond pendant un bon moment. Ce n’est qu’à la moitié du récit que je suis vraiment rentrée dedans. Ensuite, je ne l’ai plus lâché jusqu’au dénouement final, qui permet de montrer toute l’évolution du personnage et d’apporter une touche d’espoir dans un récit très sombre.
Bref, il s’agit d’un roman qui ne m’a pas vraiment fait chavirer, mais la psychologie des personnages est bien définie, cohérente, et l’univers dans lequel ils évoluent reste dans un flou, une incertitude aussi bien géographique que temporelle, qui n’est pas sans évoquer la désorientation que l’on doit ressentir en plein blizzard. C’est une écriture habile, maîtrisée, et je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre idée 🙂

Le 04.06.2018