L’empire des tempêtes #1

Tome 1 : Hope & Red

de Jon Skovron, éditions Bragelonne, 2017, ISBN 979-1-0281-0250-0, 22 €

L’histoire :

Recueillie par un maître vinchen et formée par ce dernier dans le plus grand secret, Hope est devenue une guerrière exceptionnelle. Orphelin débrouillard et futé, Red a trouvé une protectrice en la personne de Saddie, pirate improvisée et femme de caractère. À Laven La Nouvelle, les deux finissent par se rencontrer, l’une menée par son désir de vengeance, l’autre par l’envie de faire bouger Cercle Paradis. Lorsqu’ils découvrent ce que trame l’un des chefs de la pègre locale, tous deux unissent leurs talents pour s’opposer aux biomanciens, des hommes qui utilisent les habitants comme cobayes pour leurs expériences. Toutefois, l’entreprise va les mener plus loin qu’ils ne le croyaient…

Chronique :

Voici un roman de fantasy qui se lit très bien. On suit le destin des deux personnages qui donnent son titre au volume, depuis l’enfance jusqu’à l’âge adulte. C’est ainsi l’occasion de découvrir ce qui les forge, aussi bien du point de vue de leurs apprentissages que des rencontres, des personnes importantes dans leur vie, et par ce côté il y a un aspect roman initiatique. Ce serait toutefois une erreur de réduire ce premier tome à cela, car il est davantage. Le langage des protagonistes est travaillé, réfléchi, l’univers construit, crédible, et si les armes blanches sont dominantes, une fois n’est pas coutume, les armes à feu existent. Plusieurs thèmes sont récurrents dans le livre : navigation et piraterie, pègre et bas quartiers, jeux de forces et d’influence, mais également une réflexion diffuse sur le statut des hommes et des femmes, leurs rôles et places suivant leur « niveau » dans l’échelle sociale.
Alors que les femmes sont plutôt libres dans les bas quartiers, peuvent s’imposer et se montrer fortes, autonomes, dans les milieux aisés elles sont cantonnées à l’oisiveté, maintenues dans la dépendance, corsetées au sens propre comme au figuré par les codes de leur milieu. Hope en fait brièvement l’expérience à un moment, qui ne lui plaît pas, et les hommes ne sont pas mieux lotis, comme on peut le constater avec Alash ou même Red, à cheval entre deux univers. Chacun doit coller à une certaine image qui ne va pas de paire avec l’affirmation de leur identité.
J’ai apprécié les différents personnages, bien individualisés, avec leur système de valeurs, et la manière dont nous les voyons évoluer. Nous assistons à des prises de conscience, des interrogations, des doutes, et chacun se remet en cause, se réinvente à plusieurs reprises. J’ai également aimé l’idée des biomanciens, intéressants par leur aptitude à manipuler le vivant et à l’altérer, de manière le plus souvent effroyable. Ils apportent la touche de magie de cet univers qui en semble autrement assez dépourvu.
Enfin, ce premier tome fait plus que de placer le décor et les personnages, il nous offre une véritable intrigue, qui est loin de s’achever avec la fin du livre. Il se termine sur du suspense, des interrogations, de l’expectative, si bien que l’envie de connaître la suite vous tenaille.
Bref, il s’agit d’une lecture agréable, divertissante, avec des pointes de réflexion pour qui veut s’en saisir, un univers bien dessiné, avec lequel on a envie de renouer pour retrouver des personnages que l’on a appris à aimer. 🙂

Pour lire un extrait, c’est par ici !

Autre titre de la série :

Tome 2 : Bane & Shadow

Le 24.09.2018

Publicités