Le Soldat Chamane #1

Tome 1 : La déchirure

de Robin Hobb, éditions J’ai lu, 2007, ISBN 978-2-290-00462-3, 7.70 €

L’histoire :

Jamère Burvelle est le deuxième fils de sa famille. Il est donc destiné à une carrière militaire, comme son père avant lui, alors que son aîné héritera des terres. Alors que son père le prépare à sa future carrière, il décide de le confier quelque temps à un nomade, afin qu’il apprenne sa manière de penser, de survivre et de combattre. Le but est qu’il devienne plus aguerri face à ceux qui restent encore leurs ennemis en certains lieux du royaume. Toutefois, l’initiation ne tourne pas comme prévu et Jamère rentre plus mort que vif, transformé…

Chronique :

Voici un livre dont la quatrième de couverture m’a intriguée, notamment par sa mention du chamanisme. Ce dernier n’étant pas si couramment utilisé en fantasy, il m’a intéressée. Pourtant, j’ai été déçue à chaque fois par les ouvrages que j’ai lus de cette autrice. Je n’ai pas aimé L’assassin royal, ni Le dernier magicien. Le Soldat Chamane représentait donc un nouvel essai dans l’espoir de changer d’avis…
Peut-être est-ce dû au fait que le livre a déjà plus de dix ans, mais j’ai trouvé son rythme assez lent, parfois trop. Si l’univers dans lequel évolue Jamère est bien décrit, que ce soit d’un point de vue historique, géopolitique ou sociétal, on se demande longtemps où l’autrice veut en venir. Il faut attendre un bon moment avant de voir apparaître le guerrier nomade, et même si le regard de Jamère, tout comme ses réflexions, est sympathique, on aimerait en venir un peu plus vite à la rencontre.
Une fois que celle-ci a lieu, le récit devient plus prenant, avec une accalmie sur les dix-huit ans de Jamère et le voyage jusqu’à l’école de cavalla. Les choses recommencent à être plus intéressantes une fois qu’il se retrouve sans sa famille, à devoir s’adapter à un nouveau cadre et qu’il lie des amitiés avec ses camarades de patrouille. Par certains côtés, le récit à cet endroit m’a fait songer à La stratégie Ender, peut-être parce qu’il s’agit de la formation de jeunes, qu’ils sont en butte à l’injustice et qu’il leur faut faire leurs preuves…
En revanche, j’ai apprécié la mise en opposition du monde de Jamère avec celui des Ocellions, lesquels respectent et défendent la nature. Au cours du récit, on voit combien le mode de vie dit « civilisé » est destructeur, tandis que les nomades et les Ocellions vivent au rythme de la nature. Par cet aspect, le roman entre étrangement en résonance avec l’actualité du réchauffement climatique et de la sixième extinction…
Par contre, j’ai été surprise par la fin du tome, que j’ai trouvée abrupte et qui m’a laissé l’impression qu’on avait découpé le texte arbitrairement à cet endroit pour une raison ou une autre. Après quelques recherches, il s’avère que c’est exactement le cas, puisque la totalité du récit d’origine est une trilogie, alors qu’en France il est publié en huit volumes !
Bref, si j’ai apprécié le personnage de Jamère et son apprentissage, ses réflexions sur les choses, je ne suis pas emballée plus que ça par ce roman que j’ai trouvé trop lent. D’autres y trouveront sans doute leur compte, donc je vous laisse vous faire votre propre avis 🙂

Autres titres de la série :

Tome 2 : Le cavalier rêveur
Tome 3 : Le fils rejeté
Tome 4 : La magie de la peur
Tome 5 : Le choix du soldat
Tome 6 : Le renégat
Tome 7 : Danse de terreur
Tome 8 : Racines

N.B. : Il existe 3 intégrales de cette série.

Le 21.05.2019