Le Serment de l’Orage #1

Livre I

de Gabriel Katz, éditions Bragelonne, 2019, ISBN 978-2-3623-1725-5, 9.99 € en e-book ou ISBN 978-2-36231-579-4, 16.90 € en version papier.

L’histoire :

Morgien et Cynon, deux jeunes chevaliers fraîchement adoubés, sont recrutés par Edwin de Gore, qui vient de recevoir un domaine à la limite des Hautes Terres, Hollow Grave. Ils sont également accompagnés d’Alistair, un jeune chevalier brutal et prompt à s’emporter, qui ne s’entend avec personne. Après avoir repris aux brigands la petite forteresse en ruine qui tient lieu de siège central à la baronnie, les chevaliers aident à la remise en état de la place forte, mais les accidents se multiplient. Les villageois qui servent de main d’œuvre commencent à parler de malédiction, et des apparitions suspectes ne viennent que renforcer leurs craintes. Enfin, alors que les choses commencent à s’améliorer, c’est la trahison qui vient à nouveau tout faire basculer…

Chronique :

Voici un premier tome qui, une fois entamé, vous captive et ne vous lâche plus. L’intrigue semble se situer en terre celte, dans l’ancienne Angleterre, mais alors que le christianisme est bien implanté et que des croisades ont déjà eu lieu. Pourtant, des survivances des anciens cultes subsistent, et elles sont réprimées si elles viennent à la connaissance des ecclésiastiques.
L’histoire se déroule sur une côte désolée, une lande où le brouillard s’invite régulièrement, à couper au couteau, et propice aux superstitions et aux légendes. D’ailleurs, les événements étranges se multiplient peu à peu, et plus le récit avance, plus il est évident que le surnaturel ne relève pas que de l’imagination de paysans crédules. L’auteur met les différents éléments en place petit à petit, et le puzzle se montre rapidement fascinant. On se pose des questions, on a envie de connaître l’histoire des lieux, de certains objets, et de certaines apparitions ! Les deux épées à manche d’ivoire m’ont ainsi évoqué les deux lames maudites Stormbringer et Mournblade du cycle d’Elric, peut-être aussi parce que je suis en train de le relire 😉 Mais les références sont bien présentes, notamment aux légendes celtiques, ce qui n’a rien d’étonnant à être près du mur d’Hadrien.
L’intrigue est captivante, car au-delà du mystère de la forteresse, la guerre se profile à l’horizon, une invasion se prépare, et systématiquement Hollow Grave devient un point de bascule et de perturbation. C’est le grain de sable dans la machine, mais on ignore encore pourquoi il est si particulier. On voit comment les lieux semblent avoir une influence sur certains personnages, leur glissement vers la déviance et l’éloignement des valeurs morales auxquelles on les a éduqués. C’est un peu comme si Hollow Grave accentuait les tendances intérieures enfouies pour les révéler au grand jour.
Comme dans d’autres romans de l’auteur, les personnages sont bien différenciés et les femmes ne sont pas là que pour faire de la figuration. Au contraire, elles se révèlent dans l’épreuve, et leur force intérieure est déterminante, en particulier dans le final de ce premier volume. La tension est montée crescendo tout au long du tome, ces dames n’étaient pas vraiment mises en avant, mais le drame qui constitue un point de bascule pour les chevaliers finit par les pousser dans la lumière pour de bon.
Bref, c’est un tome que j’ai dévoré en une journée, son intrigue est bien construite et progresse régulièrement, titillant la curiosité tout en jouant sur le suspense et le fantastique avec un dosage millimétré. On en redemande, et je me suis surprise à repenser à toute l’histoire à plusieurs reprises tant elle me restait en tête 🙂

Le 06.05.2020