L’Ange de la Nuit #1

Tome 1 : La Voie des Ombres

de Brent Weeks, éditions Bragelonne, 2011, ISBN 978-2-8112-0519-5, 9.20 €.

L’histoire :

Azoth survit dans le Dédale comme il peut, tout en prenant soin de Poupée avec son ami Jarl. Son rêve est de devenir l’apprenti de Durzo Blint, le meilleur des pisse-culottes de la cité, des assassins hors pairs possédant le Don. Il pense qu’ainsi, il ne connaîtra plus jamais la peur. Suite à un drame qui le pousse à son premier meurtre, le jeune garçon devient l’élève de Blint, tout en s’efforçant de mettre Poupée à l’abri. Il doit l’oublier et changer de vie, toutefois les événements et les intrigues politiques auxquels il se retrouve mêlé vont l’amener à croiser de nouveau sa route, tout comme à jouer un rôle déterminant auquel il ne s’attendait pas…

Chronique :

Voici un roman qui vaut la peine qu’on s’y attaque, même si c’est un pavé ! Une fois commencé, il est difficile de le lâcher, et la trame est si complexe que l’on ne devine presque rien à l’avance. Le tour de force de l’auteur est de proposer une construction alambiquée, sans nous perdre pour autant. On ne décroche pas, on s’attache aux personnages, et ils sont bien définis, avec des caractères différents, sans jamais tomber dans la caricature. Stratégies, complots et ruses se croisent, s’affrontent, avec une magie le plus souvent discrète, mais particulièrement efficace. Elle ne prend pas le pas sur le récit et les individus, ce sont eux qui restent sur le devant de la scène, avec des problématiques très humaines.
Alors que certains répètent que la vie est vaine et que l’amour est interdit, rien d’autre ne les motive plus fort que cela. Ils semblent essayer de s’en convaincre eux-mêmes, sans parvenir à tout étouffer en eux pour autant.
Cénaria est bien décrite, entre sa face sombre et sa face plus présentable, et ceux qui y évoluent ne sont pas différents. Durzo est un homme complexe, qui cache beaucoup de choses, dont ses sentiments, et qui lance des fausses pistes presque en permanence pour dérouter d’éventuels ennemis. Ce n’est pas le meilleur pour rien. Mamma K cache bien son jeu également, tandis que l’on voit apparaître trois magiciens qui semblent un peu farfelus, mais à l’intervention déterminante. Sachant que l’un est un prophète, on comprend comment.
Des objets magiques se mêlent à l’histoire, un roi aux idées de grandeurs, sorcier de surcroit, également, et des êtres de légendes se révèlent n’être pas si légendaires que cela… L’univers est donc riche, même si l’histoire se déroule dans une seule cité, tandis que les jeux et enjeux de pouvoir rythment la vie de tous.
Bref, ce premier tome s’est montré prenant, immersif, intelligent, avec un petit goût de reviens-y…et j’y retournerai ! 🙂

Autres titres de la série :

Tome 2 : Le Choix des Ombres
Tome 3 : Au-delà des Ombres

Le 17.07.2018

 

Publicités