La mer éclatée #1

Tome 1 : La moitié d’un roi

de Joe Abercrombie, éditions Bragelonne, 2014, ISBN 978-2-3529-4797-4, 20 € ou 12.90 € en e-book, ISBN 978-2-8205-1788-3.

L’histoire :

Prince du Gettland, Yarvi est né avec une main estropiée. Face à un père, un frère et un peuple guerrier, il n’est considéré qu’avec mépris. Seule mère Guntring voit en lui quelqu’un de valeur, par son intelligence et ses connaissances. Alors qu’il s’apprête à renoncer à son rang et à entrer au ministère, Yarvi se voit contraint de monter sur le trône. Mais dès la campagne vengeresse lancée par son oncle, il est trahi, laissé pour mort, puis réduit en esclavage. Toutefois, avec l’aide de ses compagnons d’infortune, il va tout faire pour honorer ses serments et reprendre le trône du Gettland, même s’il n’en a jamais voulu…

Chronique :

Voici un premier tome qui nous plonge dans un univers de fantasy nordique, avec des peuples qui ressemblent farouchement aux redoutables vikings. Ce qui m’a intéressée dès le début, c’était cette idée d’un prince handicapé devant reconquérir son trône avec les alliés les plus improbables qu’il soit possible d’imaginer.
Dès le début, le contexte est posé clairement, l’univers dans lequel évoluent les personnages nous est bien décrit, que ce soit au niveau géopolitique qu’en ce qui concerne leurs croyances. Tout comme Yarvi, nous sommes projetés dans un monde dur, de violence et de cruauté, où les êtres humains ne sont guère plus que de la marchandise. Si Yarvi s’en sort, c’est à la fois grâce à son intelligence, de la chance, mais également les compagnons qu’il se découvre dans les pires moments.
L’intrigue est extrêmement bien construite, à ressorts, complexe, et jusqu’à la fin, alors que l’on croit les choses entièrement résolues, on découvre encore des secrets auxquels on n’avait pas songé. Certains personnages réservent de sacrées surprises, et si on se doute de quelque chose, il nous manque des éléments pour dire à coup sûr : « mais oui, c’est ça ! » avant qu’ils se révèlent. Les protagonistes sont cohérents, bien différenciés, et chacun a des rêves, plus ou moins humbles. Yarvi est attachant, obligé de faire des choix difficiles, parfois de subir les événements et de se laisser porter par eux, ou de réagir très vite pour saisir une occasion. Pour lui, c’est un apprentissage, et si l’histoire débute alors qu’il n’est encore qu’un adolescent, les épreuves traversées ont fait de lui un homme en quelques mois.
Bref, voici un roman extrêmement prenant, bien écrit, avec des personnages qui tiennent la route, tout comme l’intrigue, que l’on ne lâche pas une seule minute. Et si on achève le tome de manière à ce que tout mystère soit éclairci, l’auteur a veillé à planter les graines nécessaires à une suite, notamment avec le personnage d’Isriurne. 🙂

Autres titres de la série :

Tome 2 : La moitié d’un monde
Tome 3 : La moitié d’une guerre

Le 23.07.2018

 

Publicités