Dominion of the Fallen #1

Tome 1 : La Chute de la Maison aux Flèches d’Argent

par Aliette de Bodard, éditions Pocket, ISBN 978-2-266-28371-7, 8.50 €

L’histoire :

Dans un Paris dévasté par les guerres magiques entre Déchus tombés du Ciel, Philippe, un asiatique déraciné, tente de survivre au sein d’une bande. Sa rencontre avec Isabelle, une Déchue fraîchement arrivée, le contraint à rester dans les murs de Flèches d’Argent, la plus ancienne et la plus puissante des Maisons de magie de Paris. Fondée par Étoile-du-Matin lui-même, elle règne depuis longtemps, mais les choses pourraient bien changer. Une malédiction tapie au cœur de la cathédrale vise sa destruction, tandis que les autres Maisons majeures attendent le moment de pouvoir la placer en position de faiblesse. Plein de rancœur à l’égard des Déchus, Philippe n’a rien à faire de ces luttes de pouvoir. Toutefois il se voit obligé de s’y intéresser, ne serait-ce que pour sa survie et celle d’Isabelle…

Chronique :

Par son titre, ce roman m’a intriguée. Mélange d’urban fantasy glissée dans une dystopie, il est à la fois riche et complexe, sophistiqué même. De nombreuses mythologies s’y croisent, avec une dominante chrétienne, tandis que la plupart des personnages sont nostalgiques d’un ailleurs qu’ils ont été forcés de quitter, sans espoir de retour. Les Déchus regrettent La Cité, Philippe Annam, Madeleine la Maison qu’elle a connue avant… Et pour chacun, le pouvoir est crucial, que ce soit pour survivre ou pour oublier les souvenirs trop douloureux.
La guerre a fait de nombreux dégâts, laissé des séquelles à tous, et les maîtres des Maisons sont à peine devenus plus sages. Les manigances sont retorses, visant à affaiblir les rivaux sans pour autant provoquer leur disparition, car l’équilibre est précaire pour ne pas relancer le conflit qui a détruit le monde.
Il y a un aspect assez féodal dans le rapport des gens à leur Maison et des Maisons entre elles, et paraître fort pour éviter la curée est incontournable. On découvre en même temps que Philippe qui était Étoile-du-Matin, la puissance de la malédiction, tout comme les manœuvres d’Aubépine et de Lazare. Les Déchus sont cruels, ne s’embarrassent que peu de sentiments, et certains humains ne valent pas mieux.
La galerie de personnages est fournie, variée, et là encore, ils sont complexes. Tous semblent avoir plusieurs visages et se montrer aussi changeant que Janus… Enfin, les évocation d’Annam sont dépaysantes, exotiques, et on aurait envie de le voir tel que Philippe l’a connu.
Bref, il s’agit d’un roman dense, foisonnant, dans lequel on s’immerge mais qui se digère petit à petit. Le rythme ne faiblit pas, les rebondissements sont nombreux, et les différentes cultures évoquées nous offrent un paysage des croyances humaines coloré. On quitte cet univers en ayant envie d’en savoir plus, de le voir développé davantage, tandis qu’on se demande comment Philippe va mener sa quête, sachant où se trouvent les réponses 🙂

Autre titre de la série :

Tome 2 : L’Ascension de la Maison Aubépine

Le 19.02.2018

 

Publicités