Codex Aléra #6

Tome 6 : La Furie du Premier Duc

de Jim Butcher, éditions Bragelonne, 2018, ISBN 979-10-281-0486-3, 25 €

L’histoire :

Alors que les Aléréens résistent désespérément à la progression des vordes, Tavi revient en Aléra avec ses troupes et les rescapés Canims qu’il a pu sauver de Canea. Face à un ennemi nombreux et une reine retorse, la rapidité est plus que jamais cruciale, tout comme l’inventivité. Pendant que le jeune homme se démène pour rejoindre les légions aux prises avec les envahisseurs, Amara et Bernard font en sorte de gagner du temps et de résister au mieux, dans l’espoir qu’il puisse changer la donne. Cela n’empêche pas certains politiques qui n’ont jamais arpenter le champ de bataille de continuer leurs petites guéguerres de scrutin, alors que le royaume est au bord de l’effondrement. Et tout pourrait basculer lorsque la reine vorde prend certaines initiatives…

Chronique :

Avec ce sixième et dernier tome de la série, il fallait un final en forme d’apothéose, et on peut dire que de ce côté-là, nous avons été gâtés ! Les affrontements s’enchaînent, tous plus désespérés les uns que les autres, tandis que rien ne semble capable d’abattre cette reine vorde toujours plus puissante et des plus intelligentes.
Tavi est entré en pleine possession de son héritage furiesque, et ce n’est pas de trop pour contrer la reine. Heureusement, il a pour alliés des amis fidèles, des ennemis honorables, et une famille qui croit en lui, même si elle ne peut plus entrer en contact avec lui ou qu’elle ignore où il se trouve.
L’alliance avec les Canims nous apporte de nouvelles découvertes sur le fonctionnement de leur société, tandis qu’une astuce de l’auteur nous permet d’entrer dans l’intimité de la reine vorde et de la voir fonctionner. De même, certaines furies nous sont davantage dévoilées, alors que Tavi prend des cours accélérés 🙂
Enfin, si la politique semble vouloir encore jouer les trouble-fêtes, finalement la guerre la rattrape très rapidement et prend le pas sur les manœuvres mesquines. Les femmes et les hommes de terrain s’imposent, prennent des risques, et certains même se sacrifient pour assurer la survie des leurs.
Bref, ce dernier tome fourmille de rebondissements, le suspense est intense, et même si tout n’est pas fini pour Tavi, qui a une société entière à reconstruire, on ne regrette pas que la série s’arrête ainsi, car la fin sonne juste et reste pleine de possibilités.

Pour lire un extrait, c’est par ici !

Autres titres de la série :

Tome 1 : Les Furies de Calderon (chronique)
Tome 2 : La Furie de l’Academ (chronique)
Tome 3 : La Furie du Curseur (chronique)
Tome 4 :La Furie du Capitaine (chronique)
Tome 5 : La Furie du Princeps (chronique)

Le 12.02.2020