Chronique du soupir

de Mathieu Gaborit, éditions Le pré aux clercs, 2011, ISBN 978-2-84228-394-0, 19 €

L’histoire :

fée souffle magie mystère don sacrifice liberté sauvetage incarnationLilas est une naine qui tient le Sycomore, une auberge au bord de l’océan. Alors qu’un étrange pressentiment l’a étreinte au réveil, son fils Saule arrive et s’écroule dans son auberge, une jeune fille sur le dos. D’elle émane un danger qui fait réagir Lilas et que seul son fils empêche d’éliminer. Pourtant, il a à ses trousses les Anonymes, les chasseurs de la Haute Fée, ainsi que Cerne, le plus doué des traqueurs de renégates, des fées qui se nourrissent du souffle vital des autres. Brune en effet est l’une d’entre elles et Saule s’est lié à elle par amour…

Chronique :

Avec ce roman, Mathieu Gaborit nous plonge dans un monde où non seulement les elfes, les nains et les fées existent, mais en plus, chaque être possède une fée à la place du cœur, qui l’anime et qui lui donne le souffle. Sans elle, pas de vie ni de magie. La respiration, l’air et le vent sous toutes leurs formes servent à façonner aussi bien des armures, des armes, des pièges ou du réconfort, ainsi qu’à converser à distance. Le monde que l’auteur a créé se révèle particulièrement fin et précis, et il faut accepter de ne pas tout comprendre d’emblée et de se laisser porter. La compréhension des Verticales et de l’Horizon vient au fil de l’histoire et non dès leur première mention, malgré quelques explications.
Comme dans les Chroniques des Crépusculaires, l’univers de Mathieu Gaborit s’avère imaginatif, riche et cohérent. Les sentiments des personnages, leurs peurs, hésitations et atermoiements se comprennent sans peine et les rendent profondément humains. Ils sont guidés par leur cœur, ou plutôt leur fée, et agissent avant tout par amour, qu’il soit maternel, filial, fraternel ou amour avec un grand A. D’ailleurs, au final il ne s’agit que de cela du début à la fin, et de rompre la solitude.
Bref, c’est un récit qui vous transporte dans un ailleurs où l’importance primordiale de la respiration, du souffle vital, prend toute sa place et se décline en diverses variations à la fois imaginatives et originales, où les sentiments animent les êtres et où chacun veut tromper son isolement. Un excellent roman de fantasy.

Le 14.02.2017