Aeternia #1

Tome 1 : La Marche du Prophète

de Gabriel Katz, éditions Pocket, 2016, ISBN 978-2-2662-6048-0, 8.60 €

L’histoire :

fantasy religions culte gladiateur massacre meurtres vengeance politique cité foi manipulation de masse sacrifice appuis fanatisme intolérance combats protection Leth Marek est un champion d’arènes. À quarante ans, il a décidé de prendre sa retraite pour profiter de ses fils que leur mère lui envoie pour parfaire leur éducation. Alors qu’ils font route vers la villa qu’il a achetée à Kyrenia, il prend la défense d’une jeune femme agressée près d’un puits. Sans le savoir, il met alors le doigt dans un engrenage opposant un culte établi et un autre naissant, dont les affrontements vont faire couler le sang à flots, et la hache de Leth Marek renouera avec le combat…

Chronique :

Ayant gardé un bon souvenir de La maîtresse de guerre, je me suis lancée dans ce diptyque avec curiosité. Dès le début, l’auteur sait nous accrocher avec le personnage de Leth, que nous découvrons dans les arènes pour son dernier combat, où il va jouer son titre de champion qu’il a conservé pendant dix ans. Le personnage apparaît très humain, simple et humble, plus porté à l’efficacité qu’au tape-à-l’œil. Conscient de vieillir (petites douleurs articulaires et vue moins perçante), Leth entend passer à autre chose avant qu’un adversaire plus jeune finisse par le vaincre. Il veut aussi profiter de ses fils, qu’il ne connaît pas, et leur offrir la meilleure éducation. Il a donc choisi Kyrenia, cité des savoirs et de la culture, ignorant du nid de vipères qu’elle cache.
Alors qu’ils font route, nous découvrons le monde dans lequel ils évoluent, avec son organisation, ses croyances, bientôt renforcé par l’introduction d’un deuxième personnage, un jeune novice venu entreprendre la prêtrise auprès du culte de la Grande Déesse, largement dominant.
Peu à peu, la trame se développe et fait se croiser les différents fils, auxquels se sont ajoutés des personnages d’une religion montante, le culte d’Ochin, qui est également l’occasion de nous présenter un autre combattant, Desmeon. Plus jeune, flamboyant et poseur, il est à l’opposée de Leth, mais malgré tout attachant. Tout ce petit monde se débat dans une toile qu’ils n’ont pas conscience de voir tissée par un autre homme, intelligent et manipulateur, dont nous ne découvrons la malignité que graduellement.
Le récit est très bien construit, malin, plein de rebondissements et de suspense, et nos émotions jouent au yoyo au fil de la lecture. Quant au final, il m’a fait m’exclamer… et me jeter sur le second tome dans la foulée !
Bref, il s’agit d’un excellent roman de fantasy, qu’on ne lâche pas une fois commencé, et dont on a irrésistiblement envie de connaître la suite 🙂

Autre titre de la série :

Tome 2 : L’Envers du monde (chronique)

et dans le même univers :

Tome 1 : La part des Ombres I (chronique)
Tome 2 : La part des Ombres II (chronique)

Le 04.12.2018

Publicités