Noir Duo

de Sylvie Miller et Philippe Ward, éditions ActuSF, 2019, ISBN 9782366291025, 3.99 € en e-book.

Le recueil :

Ici nous est proposé un recueil de nouvelles écrites par les deux auteurs, en solo ou en duo, et parues dans diverses revues. Les textes vont du fantastique à la science-fiction, peuvent se montrer parfois grinçants, mais souvent pleins d’humour. Ils dévoilent différentes facettes du talent de ces deux écrivains dont les écrits sont savoureux.

Chronique :

J’ai beaucoup apprécié ce recueil pour lequel j’étais très curieuse. J’ai en effet lu toute la série de Lasser, le détective des dieux (on le retrouve d’ailleurs à la fin du livre), et j’avais envie de lire d’autres écrits de ces deux auteurs. Je n’ai pas été déçue, et si certaines nouvelles m’ont moins plu que d’autres, elles restent de qualité. La plume est soignée, la construction des histoires également, tandis que l’humour est bien souvent présent.
Bien sûr, j’ai quelques préférées dans le lot, mais celle qui m’a vraiment le plus fait sourire est Un futur inimitable, talonnée par Mau. La première raconte comment le descendant de José Bové a stoppé une invasion extraterrestre à coup de fromage et permis de sauver l’humanité, tandis que la seconde se révèle plus mystique et met en avant des chats sacrés en Egypte, ainsi qu’un homme qui trouve sa voie vers la résilience à leur contact.
Un futur inimitable m’a beaucoup plu car elle est bourrée d’humour, tourne en dérision certains grands de ce monde qui se prennent trop au sérieux, tout en faisant référence à la pop culture, et en particulier à la Guerre des Mondes. Elle égratigne au passage un certain nombre d’absurdités de notre société et du commerce international, quand ce n’est pas la géopolitique.
Mau ressemble davantage à une quête, même si Jack ne sait pas vraiment quel en est l’objet au début de la nouvelle. Il est en perdition et nous alternons entre son regard et celui de Mau, un chat sacré protecteur des siens.
L’avantage de ce recueil, c’est qu’il y en a vraiment pour tous les goûts, et certains textes se montrent véritablement graves, pour pointer du doigt des dérives possibles, comme Ventres d’airain.
Bref, ce recueil de nouvelles se lit aisément, et comme toujours avec ce type de livre, on peut facilement s’arrêter où l’on veut puisque les récits sont brefs. Un bon moment de plaisir 🙂

Le 05.02.2020