L’Heure de l’Ange

Tome 1 : L’heure de l’ange

d’Anne Rice, éditions J’ai lu.

L’histoire :

ange tueur rédemption sauvetage enquête Moyen âgeToby est un tueur professionnel discret, efficace et qui ne laisse pas de traces. Toutefois, ce n’est pas son choix de carrière initial et ses rêves de jeunesse finissent par le rattraper sous la forme d’un ange. Ce dernier l’aborde alors qu’il vient d’éliminer une nouvelle cible et lui propose de travailler pour lui. Il l’a choisi. Ainsi, il pourra gagner sa rédemption en sauvant des vies que Malchiah, l’ange, lui désigne. Pour cela, il l’envoie dans l’Angleterre du Moyen Âge où ses compétences particulières pourraient bien faire la différence entre la vie et la mort…

Chronique :

Voici un roman qui peut dérouter, surtout si l’on n’a pas lu certains autres ouvrages de cette auteure. Pourquoi me direz-vous ? Parce que la religion est extrêmement présente, un sujet qui apparaissait déjà nettement dans Le voleur de corps et Memnoch le démon. D’autre part, le personnage est ambivalent, en contradiction avec lui-même, à la fois amoureux de la beauté et de la musique, mais en même temps un tueur de sang froid qui n’hésite pas.
Du point de vue de la structure, on pourrait dire que le roman se découpe en trois grandes parties. Celle de Toby dans le présent, avec une narration à la première personne qui semble tourner un peu en rond, comme si le personnage s’enlisait ou se noyait lentement et qu’il se raccrochait au décor pour ne pas sombrer, avec une impression de paradis perdu.
La deuxième à la troisième personne, racontée par l’ange, qui nous fait découvrir le passé de Toby et nous explique comment il en est arrivé là. Ainsi, les choses nous sont présentées de manière moins subjectives, et avec un certain recul que le personnage principal ne peut pas avoir.
Et enfin la troisième partie, celle de la mission au Moyen Âge, à nouveau à la première personne, racontée par Toby qui nous fait part de ses craintes et de ses émerveillements.
Par ce choix narratif, l’auteure nous invite dans la tête de son personnage et nous montre son évolution. La foi est une question centrale, et si les dévots vous dérangent, vous aurez peut-être quelques difficultés avec l’attitude des protagonistes de Norwich, qui ne sont pas loin du fanatisme.
Le roman se lit bien malgré tout, avec un retournement qui est fait pour amorcer la suite, car Malchiah n’en a pas fini avec son protégé et lui fait une annonce fracassante dans le tout dernier paragraphe. Un final malin pour harponner le lecteur curieux.

Tome 2 :

L’Épreuve de l’Ange

Mission ange rédemption famille filiation paternité

Le 26.01.2016

Publicités