Les dossiers Cthulhu #1

Tome 1 : Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell

de James Lovegrove, éditions Bragelonne, 2018, ISBN 979-1-0281-0396-5, 12.99 € e-book.

L’histoire :

Par héritage, l’auteur se retrouve avec entre les mains des écrits encore inconnus du Dr Watson. Dans ceux-ci, ce dernier révèle une face occulte aux aventures de son ami Sherlock Holmes, qu’il a cachée sa vie durant, aussi bien pour les protéger tous les deux que pour en garantir le grand public. Qui aurait été prêt à accepter l’existence de sombres dieux, si anciens et indifférents à l’espèce humaine qu’ils ne la considèrent pas mieux que des fourmis…?
C’est au cours de leur première aventure ensemble que le bon docteur et son ami détective vont découvrir l’obscurité qui règne en ce monde, bien que le Dr Watson en ait déjà eu un aperçu. Ils vont chercher à élucider des meurtres qui réduisent les victimes à l’état de momie desséchée, sans se douter que le surnaturel va rattraper leur esprit cartésien et les mettre à rude épreuve…

Chronique :

Voici un roman qui attend depuis un moment dans ma PAL, du fait de plusieurs déconvenues en lisant des aventures mettant en scène le fameux détective anglais, mais écrites par d’autres que Conan Doyle. Cette fois-ci cependant, ce fut une excellente surprise et j’ai passé un agréable moment avec ce tome. La couverture est évocatrice, aussi bien avec les couleurs et l’illustration de Cthulhu que par le lettrage, les liserés qui renvoient à l’apparence de livres du XIXe siècle.
Tout commence par une introduction à la mode de cette époque, où l’auteur essaie de donner une touche de véracité à son récit en le plaçant dans le cadre de la vie courante, avec vérifications et recherches à l’appui quant aux manuscrits qui viennent à échoir en sa possession. Il prend toute les précautions utiles et j’ai souri en lisant cette entrée en matière, car elle me ramenait à d’autres lectures de la même époque avec habileté.
Car tout le récit est habile. L’auteur maîtrise son sujet, il est clair qu’il est un grand admirateur des écrits de Conan Doyle, et il semble tout aussi bien maîtriser l’œuvre de Lovecraft. C’est ici que se tient le coup de génie de son roman. Mêler le personnage si logique et cartésien de Sherlock Holmes au fantastique horrifique du mythe de Cthulhu, de telle sorte que les deux se conjuguent à merveille et en deviennent tout à fait crédibles.
Les références aux récits mettant en scène le détective anglais sont nombreuses, l’auteur prêtant à Watson des rectifications et des modifications toutes justifiées par les faits, si bien que la chronologie se tient, la construction semble cohérente, et on retrouve avec plaisir des personnages des deux univers apparemment pourtant diamétralement opposés.
Ici, Sherlock Holmes et le Dr Watson se rencontrent au hasard d’une filature, et s’associent rapidement pour élucider la série de meurtres qui frappe Shadwell. On retrouve les éléments de l’époque, telles les fumeries d’opium et leurs ravages, les quartiers pauvres, le peu de cas fait des indigents… et c’est avec élégance que l’auteur insère dans ce décor la touche de surnaturel qui pourrait être réfutée par déni, si le Dr Watson ne venait pas ajouter sa pierre à l’édifice…
À partir du moment ou le médecin raconte ce qui lui est arrivé en Afghanistan, le fantastique prend clairement place et Sherlock Holmes devient un détective de l’occulte, toujours armé cependant de son esprit aiguisé, s’adaptant à la nouvelle situation avec son efficacité coutumière.
Bref, ce roman est si bien construit, écrit, avec une connaissance des œuvres sources si poussée que l’on aurait bien du mal, à moins d’être spécialiste, d’y déceler des erreurs. Quand bien même, le récit est agréable, addictif, on a envie de suivre les péripéties des deux enquêteurs, et on se laisse entraîner avec plaisir dans un monde encore plus sombre que la Londres de l’époque. Une réussite !

Autres tomes de la série :

Tome 2 : Sherlock Holmes et les Monstruosités du Miskatonic
Tome  3 : en attente

Le 16.07.2019