Les contes du boudoir hanté #1

Volume 1

de Yishan Li, adaptation de Jean David Morvan, éditions Delcourt.

L’histoire :

conte chinois tradition orale adaptation Pu Songling XXVIIe siècle fantômesNie et Qian sont deux belles jeunes femmes devenues fantômes. Pour satisfaire leur maîtresse qui les retient prisonnières, elles attirent des hommes dans leurs filets et les tuent pour qu’elle s’en repaisse. Mais Nie déteste verser le sang et sa rencontre avec le jeune Ning, un voyageur égaré, va tout changer…

Chronique :

 Mettant en scène un conte chinois relaté au XVIIe siècle par un certain Pu Songling, cette bande dessinée nous plonge dans des histoires de fantômes asiatiques. Joliment illustrée, avec des personnages longilignes, tout en fluidité, et les jeux de tissu, de longues manches caractéristiques de cette culture, le dessin et les couleurs nous entraînent sans difficulté dans cet univers feutré, d’une douceur trompeuse. Les décors sont beaux et la mise en couleur tout en finesse.
Les principaux protagonistes, personnages emblématiques, sont attachants : fantômes, innocent, chasseur de fantôme… L’amour impossible entre la belle Nie et son voyageur fait tout basculer, car par amour l’innocent prend tous les risques. Par amour le fantôme change d’attitude et l’histoire devient un combat contre la malfaisance. Ne cherchez pas les repères habituels des histoires d’esprits désincarnés de chez nous, ils n’y sont pas. Ici, les fantômes sont tangibles, ils peuvent avoir un impact physique sur les humains, une caractéristique que l’on retrouve, par exemple, dans le film du réalisateur japonais Kenji Mizoguchi Contes de la lune vague après la pluie.
Toujours est-il que cette bande dessinée est plaisante, dépaysante, se lit facilement, et on se surprend à être déjà à la fin sans avoir eu l’impression de la dévorer, ce qui est pourtant le cas.

Autres tomes de la série :

Tome 2 (chronique)
Tome 3 (chronique)

magie femme renard amour impossible mariage séparation  amour impossible sacrifice poésie suicide fantômes réincarnation dévouement

Le 28.01.2016