Les aventures occultes de Lady Bradsley

par Olivier Saraja, éditions du 38, 2019, ISBN 978-2-37453-673-6, 1.99 € en e-book ou 20 € en version papier.

L’histoire :

Medium reconnue par la Reine elle-même, Lady Bradsley est une jeune veuve qui a monté sa propre agence d’enquêtes occultes. Sollicitée pour diverses affaires qui l’envoient à travers le monde, elle est épaulée par son défunt mari, Henry, fantôme qui l’accompagne partout, et un jeune Chinois, Xiao, à l’esprit ouvert et curieux. Elle se confronte ainsi au surnaturel, lequel est souvent doublé d’intérêts politiques douteux, ce qui n’est pas exempt de dangers. De la Chine au Népal, du Moyen Orient à l’Afrique coloniale, la jeune femme affermit ses dons, en apprend davantage sur elle-même, tandis qu’elle découvre d’autres cultures et croyances…

Chronique :

Voici une intégrale sur laquelle je suis tombée un peu par hasard et qui m’a semblé sympathique par ses promesses de voyages et de fantastique.
Effectivement, l’exotisme et le dépaysement sont au rendez-vous, et la lecture fut plaisante, divertissante, et tomba pile au moment où j’avais besoin de quelque chose de ce type. C’est bien simple, j’ai dévoré les aventures de la Lady en une après-midi 🙂
J’ai apprécié l’éclairage sur d’autres croyances, d’autres cultures, l’ambiance du début de XXe siècle retracée par l’auteur, dans un empire britannique colonial à la société à la fois très rigide, et en même temps friande d’ésotérisme. Les références à Aleister Crowley, tout comme au monde géopolitique de l’époque, permettent de créer une atmosphère particulière, dans laquelle l’aventure, le danger et le fantastique viennent tout autant apporter une touche d’exotisme que les pays dans lesquels se déroulent les aventures de Jennifer.
Le livre se compose de cinq récits, chacun se déroulant dans un pays différent, et se suivent chronologiquement. Le premier se déroule à Hong-Kong et se trouve lié à la fête des fantômes. Le deuxième au Népal, où Lady Bradsley recherche son frère disparu. Le troisième dans l’actuelle Irak, où la jeune femme va enquêter pour le compte du British Museum sur un site archéologique. Le quatrième au Dahomey, suite à l’appel d’un ami de son mari sur des disparitions d’enfants. Et le cinquième se déroule à Londres avec des meurtres sordides.
L’avantage d’avoir ainsi cinq aventures différentes, c’est que l’on peut très bien s’arrêter pour faire une pause si l’on veut, sans trépigner d’impatience parce qu’on ne connaît pas le dénouement de l’histoire en cours 😉 D’ailleurs, l’auteur a bien prévu les choses puisqu’un petit texte explicatif fait le lien entre les récits pour introduire le suivant.
Lady Bradsley est une jeune femme moderne pour son époque, indépendante, et son statut de veuve autant que la reconnaissance de la Reine lui octroient une certaine liberté, sans perdre pour autant en respectabilité aux yeux de la haute société anglaise. Là où d’autres seraient critiqués, ses relations lui facilitent les choses et la mettent à l’abri d’un catalogage comme folle ou hystérique, chose courante pour les femmes à l’époque dès lors qu’elles tenaient des propos jugés inconvenants ou dérangeants…
Le personnage est plutôt cohérent, sensible et ouvert d’esprit, mais le format court des récits ne permet pas à l’auteur l’exploration d’une certaine profondeur. De même pour Xiao ou Henry, que l’on connaît très peu au final. Malgré tout, on passe de bons moments en leur compagnie, on s’évade, et on se laisse porter par l’intrigue avec plaisir.
Bref, si vous cherchez une lecture dépaysante, légère, avec du fantastique, cette courte intégrale vous fera voyager en agréable compagnie, tout en restituant une époque où le monde avait encore beaucoup de mystères à faire découvrir 🙂

Le 27.11.2019