Les adversaires

de Fabien Clavel, éditions Le pré aux clercs, 2012, ISBN 978-2-84228-499-2, 16 €

L’histoire :

anges démons apocalypse lutte concurrence morts combats duels pouvoir mensonges manipulation DieuSans le savoir, Ayati est témoin d’un duel entre un ange et un démon. Alors qu’elle ne sait pas quoi faire, elle se retrouve attaquée par un sorcier et sauvée par un ex-ange. Grâce à lui, elle va rapidement découvrir qu’elle est impliquée dans une lutte millénaire où il ne doit en rester qu’un, sans pouvoir déclarer forfait. Seule la mort ou la victoire peuvent mettre un terme au combat. Toutefois, quel choix faire lorsque l’amour que l’on n’attendait plus intervient dans l’échiquier ?

Chronique :

De lecture aisée, ce roman distrayant nous entraîne dans une lutte vieille comme le monde entre deux factions d’êtres presque immortels. Tous 372 ans, de nouveaux élus doivent s’affronter et déterminer une part de l’avenir de l’humanité. Toutefois, alors que le cycle est près de recommencer, le chaos s’installe dans la désignation des candidats…
Avec les personnages d’Ayati et de Driss, pleins de désillusions malgré leur jeunesse, on entre peu à peu dans ce monde derrière le monde, caché aux humains. Aucun des deux n’a conscience des enjeux tandis que les manipulations dont ils font l’objet se multiplient. Peu importe leurs désirs, leurs envies, leurs sentiments, ils sont des pions dans une partie cosmique où ils se retrouvent forcés de choisir un camp.
La trame du récit est claire, oscille d’un protagoniste à l’autre en alternant les points de vue et entremêle les fils, multiplie les ramifications au fur et à mesure que l’intrigue se dévoile. Si l’idée de départ a déjà été traitée à de nombreuses reprises, son traitement est original et fait qu’on ne se lasse pas. Les découvertes et les rebondissements ponctuent le récit, lui donnent du rythme, tandis qu’on s’attache petit à petit à certains personnages, principaux comme secondaires.
Bref, un roman agréable, malgré une fin plutôt désabusée, qui se lit sans difficulté et qui revisite intelligemment le mythe de l’Apocalypse.

Le 19.04.2017

Publicités