Le songe d’Adam

de Sébastien Péguin, éditions de L’Homme sans Nom, 2011, ISBN 978-2-918541-03-5, 19.90 €.

L’histoire :

fantastique arbre connaissance mythes fondateurs meurtres quête deuil résurrection morts secrets dieux foi créatures monstresVeuf, enseignant préparant une thèse, Hugo part vivre plusieurs mois en Allemagne avec sa fille, Morgane, pour faire des recherches. Alors qu’ils roulent sur une route perdue de Forêt noire, ils manquent de percuter un cerf à l’allure effrayante.
Lorsque Morgane est agressée dans son lit quelque temps plus tard, une étrange comptine mène Hugo sur la piste d’une ancienne légende locale. S’engage alors une quête imprévue, dangereuse, tandis que l’adolescente affronte avec ses propres armes l’influence d’une force dont son père n’a pas conscience.

Chronique :

Voici un roman fantastique à la forme particulière, en ce sens qu’il est extrêmement découpé, (parties, chapitres, sections) et joue sur plusieurs polices, certaines un peu petites à lire. Il est bien écrit, intrigue rapidement, et le propos, qui recoupe diverses mythologies autour du symbole de l’arbre, est intéressant. Érudition, panthéisme, création artistique, soif de connaissance, deuil, Genèse et mythes fondateurs, mémoire… autant de thèmes abordés qui font la richesse de ce livre, mais qui ralentissent également le récit par moments en cassant le rythme.
Concernant les personnages principaux, on pourrait dire que le couple père/fille est complémentaire. Tandis que Hugo est tout intellect, rationalité, enlisé dans un deuil qu’il n’a manifestement toujours pas fait, Morgane vit, crée, explore son nouvel univers, et malgré la peur, qu’elle affronte seule à plusieurs reprises, elle tente d’avancer. Elle est en prise sur le monde physique, qui vient nourrir ses créations artistiques, alors que son père est pratiquement aveugle à l’instant présent, tourné vers le passé soit dans le souvenir de sa femme, soit dans les recherches qu’il mène. Seule sa fille l’oblige à se reconnecter à son environnement. D’une certaine manière, elle est son ancre.
Quant à l’intrigue elle-même, elle est solide, et le choix d’un cadre géographique et culturel germanique change agréablement.
Bref, c’est un roman riche, assez dense, dans lequel le fantastique est présent dès les premières pages, tourne parfois à l’horrifique, avec des personnages principaux qui suivent un véritable chemin de croix et passent par une catharsis extrême pour être à nouveau capables d’aller de l’avant ensemble.

Le 25.04.2016

Publicités