La meute de l’enfer #1

Tome 1 : Les compagnons de l’Aigle

de Philippe Thirault, Christian Højgaard et Jesper Ejsing, éditions Les Humanoïdes associés, 2014. Les tomes séparés n’existent plus qu’en numérique désormais, ISBN 978-2-7316-9984-5, 2.99 €. Des intégrales sont en cours.

L’histoire :

magie mercenaires dons mission dangers politique manipulation blessures À Byzance, l’impératrice Théodora Augusta mène un projet secret qui requiert des hommes d’exception. Pour accomplir cette mission, son homme de l’ombre, Délénius, décide de réunir à nouveau un groupe de mercenaires qui avait la réputation de ne jamais échouer : la meute de l’enfer. Mais ses membres ont suivi chacun leur chemin, avec plus ou moins de bonheur, et le temps a fait son œuvre sur les capacités de certains. Alors qu’ils sont à nouveau réunis et qu’ils atteignent la première étape de leur quête, le danger prend une forme inattendue…

Chronique :

Avec ce premier tome de la tétralogie, les auteurs nous présente les personnages et l’histoire de quelques uns. Il s’agit d’une mise en place, autant du cadre que du groupe qui se reforme et que nous ne connaissons pas. Nous découvrons les raisons qui ont poussé à la dissolution de la troupe, et il apparaît rapidement que l’impératrice entend jouer un double-jeu en manipulatrice hors pair qu’elle est.
Le dessin est agréable, le rythme de la narration est fait pour maintenir l’intérêt, car il alterne entre les différents personnages en changeant de lieu toujours à un moment-clé. Les personnages les plus approfondis dans ce tome sont Caraminée et l’Aigle, et on s’interroge sur l’histoire des autres membres de la compagnie. Il apparaît rapidement que le magicien, l’Oiseau, est l’élément fédérateur, celui par qui les choses arrivent. Il réunit ses amis et met en œuvre ses pouvoirs pour tenter de leur venir en aide lorsque le besoin s’en fait sentir. Le tome nous laisse d’ailleurs avec lui, sur une initiative dont nous ignorons tout, notamment les conséquences. Ainsi, nous n’avons qu’une envie, lire la suite pour savoir de quoi il retourne.
Bref, nous avons là une BD dont les personnages sont diversifiés, solides, sans tomber dans le stéréotype, que l’on a envie de suivre tout autant que de découvrir l’objet final de leur quête et ce que veut en faire l’impératrice. Notre curiosité est attisée et on espère en apprendre plus sur les autres membres de la meute dans les tomes suivants.

Autres tomes de la série :

2. Le retour du Harith (chronique)
3. Le secret de la sibylle
4. La tanière du mal

Le 07.04.2017