Garous #4

Tome 4 : Altis

de Jean-Charles Gaudin, D’Fali et Jean-Jacques Chagnaud, éditions Soleil, 2009, ISBN 978-2-30200-746-8, 14.50 €

L’histoire :

Alors que Tanaris et son ami Foulques cherchent à retrouver Alissia, ils découvrent son père en mauvaise posture. La rencontre est heureuse car ils obtiennent ainsi des informations, qui les mettent sur la piste des garous qui ont enlevé la jeune femme. Au village de Montiande, une étrange ambiance règne et les trois hommes comprennent qu’un mystère plane sur les habitants, dont les enfants disparaissent. Pourtant, ce n’est pas le seul fait singulier. L’aubergiste n’entend pas les renseigner, mort de peur, tandis que le rebouteux, au contraire, décide de leur révéler la vérité. Pendant ce temps, Alissia œuvre pour tenter de faire de Gandal son allié…

Chronique :

Tout comme le tome précédent, ce quatrième tome nous propose un véritable mystère à éclaircir, tandis que Tanaris et Foulques continuent à représenter le duo de choc qui enquête. Cette fois-ci, plus de cloître, mais un village frappé de disparitions d’enfants et de morts dont on cache la réalité aux étrangers. Les villageois ont un secret, contraints et forcés, et vivent sous la menace du nouveau seigneur du château, lequel n’hésite pas à s’adonner à l’alchimie pour le compte de l’Église, de manière officieuse bien évidemment.
Le sort des enfants n’est pas enviable, et Altis est un personnage détestable. En cela, l’opposition gentils/méchants est assez stéréotypée, tandis que le personnage de Gandal présente une ambivalence plus intéressante, car il n’est pas tout d’un bloc. Alissia est déterminante comme initiatrice de changement, de même que le rebouteux, qui connaît les secrets du village et tente de faire au mieux. Ainsi, ce sont des personnages secondaires qui poussent la mécanique du récit en avant, bien davantage que les trois autres protagonistes mis sur le devant de la scène.
Finalement, la libération vient, à tous les niveaux, de l’affrontement de leurs peurs par les personnages, et si la fin du tome ressemble à une fin de série, la présence de petites amorces offre la possibilité de conduire à un nouveau tome.
Bref, s’il nous propose une véritable histoire, ce quatrième tome n’est pas aussi prenant que le précédent, tout en restant intéressant. Le rythme alterne entre action, suspense et réflexion, si bien que l’on ne s’ennuie pas. Quant à la fin, elle est telle que l’on peut très bien s’arrêter là dans la série, si l’on en a envie 😉

Autres titres de la série :

Tome 1 : La caste des ténèbres (chronique)
Tome 2 : Alissia (chronique)
Tome 3 : Le cloître des damnées (chronique)
Tome 5 : Les Holtons
Tome 6 : Sandra Morgan

loups-garous Moyen-Âge fantastique quête vengeance

Le 23.05.2019

 

Publicités